GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Mali: 24 soldats maliens et 17 jihadistes tués dans des combats
    • Éliminatoires CAN 2021: l’Algérie évite le piège botswanais et s’impose à Gaborone, 1-0
    • Colonies israéliennes: l'Autorité palestinienne dénonce la position de Washington
    • Washington ne considère plus les colonies israéliennes contraires au droit international (Pompeo)
    • Iran: Washington met fin à une dérogation pour l'usine nucléaire de Fordo (Pompeo)
    • Le groupe sidérurgique indien Tata Steel va supprimer jusqu'à 3.000 emplois en Europe
    • Hong Kong: l'UE demande à la police d'éviter la violence (déclaration)
    • Éliminatoires CAN 2021: la RD Congo tenue en échec par la Gambie à Banjul, 2-2, dans le groupe D
    • Pont effondré près de Toulouse: un deuxième mort retrouvé (maire)
    Science

    Paris, Rio, Ouagadougou: marche mondiale contre les OGM et Monsanto

    media Manifestation contre Monsanto à Paris, le 23 mai 2015. REUTERS/Mal Langsdon

    Plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi 23 mai 2015 contre le géant américain de biotechnologies agricoles Monsanto, et plus particulièrement contre les organismes génétiquement modifiés (OGM), les pesticides et d'autres produits chimiques. Des rassemblements étaient prévus dans quelque 400 villes du monde et une quarantaine de pays. Des évènements plus ou moins suivis, mais qui tous ensemble font légion.

    • En France, des partisans de l'agriculture écologique pour tous

    Samedi après-midi à Paris, des centaines de personnes ont participé à la Marche mondiale contre Monsanto, appel annuel initié en mai 2013 par un collectif d'associations écologistes, le collectif citoyen Les Engraineurs. « Monsanto, on est là ! Monsanto, on est là ! », criait la foule dans les rues de la capitale française, tous déterminés à résister au diktat du fabriquant de semences génétiquement modifiées.

    « Il faut apprendre la résistance, et entre autres, la résistance contre les OGM, explique un manifestation à notre reporter Aram Mbengue, en brandissant une photo d'une vieille dame qui manifeste pour la même cause au Brésil. C'est l'une des premières résistances de notre époque, c'est un assassinat économique et il faut se battre un peu plus encore. »

    Résister et défendre une alimentation saine pour les générations actuelles et à venir, c'est ce qui a motivé cette famille qui bat le pavé avec trois générations réunies. « Je suis la grand-mère, il y a mon fils et mon petit-fils », explique la femme. « C'est un combat qui concerne toutes les générations, et c'est très important que chacun soit motivé du plus jeune âge au plus vieux », renchérit le petit-fils.

    Un autre manifestant dit défendre le droit à la santé : « Je défends la santé, une bonne alimentation, manger sain, et surtout l'idée que ce n'est pas Monsanto qui fait ce qu'il veut du vivant. On est là, je ne veux pas laisser passer les choses. Ça, ce sont des grands groupes qui font un peu ce qu'il veulent, et l'Europe laisse faire, la France laisse faire. Il faut vraiment réagir, il ne faut pas laisser faire ça. »

    Une agriculture écologique pour tous, voilà ce que réclament les manifestants de la Marche mondiale contre Monsanto à Paris.

    • Au Burkina Faso, le refus des « inconvénients » d'une science en évolution

    Un épi de maïs géant à Ouagadougou pour alerter contre les risques associés à l'introduction des cultures OGM dans le cadre de la Journée mondiale d'action contre Monsanto le 23 mai 2015. AFP/Ouoba Ahmed

    A Ouagadougou, un demi-millier de personnes se sont réunies aussi. Le pays est directement concerné par les cultures OGM : la production de coton transgénique a été introduite avec l'appui de Monsanto en 2009. Les manifestants demandent un moratoire de plusieurs années aux autorités, le temps d'évaluer le risque réel sur la santé des cultures transgéniques.

    Dans la bouche des militants du Collectif citoyen pour l'agroécologie, florilège de slogans rapporté par notre correspondant Yaya Boudani : « Monsanto, non ! Ma santé, oui ! » ; « Les OGM, la solution qui devient problème ! » Blandine Sankara, de l'association Yelemani, interpelle : « Comment, aujourd'hui, un pays comme le Burkina peut-il accepter des OGM chez nous ? Nous n'avons pas les moyens de prendre en charge les problèmes de cancers, les problèmes de santé publique dans notre pays. »

    Selon les organisateurs, la firme Monsanto entend introduire du maïs et du sorgho génétiquement modifiés dans les champs et cela amplifie l'inquiétude de certains éleveurs. Ousmane Tiendrebeogo, secrétaire générale du Syndicat national des travailleurs de l'agro-pastoral (Syntap), traduit cette inquiétude : « Il y a eu un moment où... les bêtes mouraient à force de brouter les tiges de coton OGM. »

    Les organisateurs de la marche, qui ont remis un mémorandum au gouvernement transitoire burkinabè, souhaitent l'arrêt de la culture transgénique pendant dix ans, le temps de poursuivre la réflexion et les recherches. Jean-Didier Zongo, professeur de génétique et d'amélioration des plantes, explique : « On refuse ça. D'abord parce que c'est une science en pleine évolution ; les inconvénients sont immenses et on ne sait pas encore comment les contrer. »

    Selon le conseiller technique du ministre en charge de l'Agriculture, le mémorandum des manifestants sera examiné avec « la plus grande attention ».

    • Au Brésil, l'emprise de Monsanto n'est-elle pas déjà trop grande ?

    Le Brésil, voilà un endroit où les semences Monsanto sont omniprésentes. Ce pays, géant agricole mondial, est aussi l’un des plus gros utilisateurs d’agrotoxiques. Samedi, les marches organisées au Brésil contre Monsanto et les OGM n'ont pourtant pas eu l’effet escompté par les associations. Quelques milliers de manifestants se sont rassemblés dans les grandes villes ; à peine quelques centaines de personnes à Rio de Janeiro, guère plus dans la capitale économique Sao Paulo.

    La bataille contre les OGM et les agrotoxiques ne fait pas partie des priorités des Brésiliens, qui en sont de très grands utilisateurs et consommateurs, explique notre correspondant à Rio François Cardonna. Au Brésil, les OGM sont autorisés depuis 2003. Le pays est le deuxième producteur mondial de soja, qu’il exporte en Europe et en Chine et près de 90 % de sa récolte est génétiquement modifiée, plus de la moitié des semences de maïs aussi. Même niveaux observés concernant le coton.

    Le Brésil occupe la deuxième place au classement mondial des utilisateurs de produits agrotoxiques, juste après les Etats-Unis. Les multinationales du secteur, comme Monsanto, y sont fortement implantées. L’alimentation des Brésiliens est largement issue de l’agriculture OGM.

    Un projet de loi est d’ailleurs en cours de discussions au Parlement. Il vise ne plus obliger l’affichage d’une mention OGM sur les produits qui en contiennent. Les députés ont déjà voté en faveur de ce texte à une large majorité. Le projet attend encore l’approbation du Sénat pour entrer en vigueur.

    A Rio de Janeiro, au Brésil où les OGM sont déjà très présents dans l'agriculture, ils étaient quelques centaines à manifester contre les OGM et la firme Monsanto samedi 23 mai 2015. REUTERS/Ricardo Moraes

     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.