GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 21 Mai
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Vivre comme sur Mars, mais sur Terre

    media Six scientifiques vont s’enfermer pour un an dans un dôme de 11 kilomètres de diamètre, installé à Hawaï.. AFP PHOTO / HANDOUT /University of Hawaii at Manoa

    Ce vendredi, six scientifiques – trois hommes et trois femmes – s'enferment pour un an dans un dôme de 11 mètres de diamètre. Une expérience menée par la Nasa pour étudier les effets de l’isolement et de la promiscuité sur l’être humain, en vue de la future mission vers Mars.

    Quelques minutes d’eau chaude par semaine pour prendre une douche, aucune communication avec ses proches, et surtout, la promiscuité. Devoir vivre l’un sur l’autre pendant trois ans, c’est ce que devront endurer les futurs astronautes pour une mission martienne. Pour éviter que tout le monde ne devienne fou à des dizaines de millions de kilomètres de la Terre, il vaut mieux simuler le mieux possible les effets de telles conditions de séjour sur le corps humain.

    C’est l’enjeu de cette mission, HI-SEAS IV (Hawaii Space Exploration Analog and Simulation), conçue par l’Agence spatiale américaine. Six scientifiques entament ce vendredi un séjour de 365 jours dans un dôme de 11 mètres de diamètre, posé dans le décor aride d’un volcan hawaïen. La promiscuité, l’impossibilité de se déplacer, les rythmes de vie réglés à la seconde près, tout est calculé pour simuler au mieux possible sur Terre les conditions de vie d’un futur séjour martien – gravité réduite mise à part. Les six personnes participant à l’expérience seront surveillées en permanence pour voir comment leur santé et les relations humaines évoluent.

    Comment manger dans l’espace ?

    L’un des enjeux de ce type de mission, c’est la nourriture. Une véritable mission vers Mars durera au minimum trois ans. Il est donc compliqué d’envisager de pouvoir emporter suffisamment de vivres pour tout un équipage sur une aussi longue durée, même lyophilisés. On se souvient de la laitue spatiale, dont les astronautes de la Station spatiale internationale (ISS) avaient fait leur repas il y a quelques semaines. Il s’agissait du premier repas entièrement cultivé et consommé dans l’espace.

    C’est l’objet du travail de Cyprien Verseux lors de HI-SEAS IV. Ce Français est astrobiologiste de formation. Il devra lors de cette année faire des recherches sur le développement d’organismes vivants, capables de produire les ressources nécessaires à la survie d’astronautes sur Mars. Le tout, à partir des ressources qu’on y trouvera. « Je vais travailler pour une cause qui est, je pense, la plus significative en tant que scientifique », écrit-il sur son blog (en anglais). Et c’est une mission ambitieuse, puisqu’il s’agit de réussir à recréer un écosystème viable dans des conditions différentes de celles de la Terre, et en 365 jours seulement.

    Le voyage vers Mars

    Avec cette mission, la Nasa poursuit sa préparation de sa mission martienne à l’horizon 2030. L’agence spatiale est en train de développer en parallèle son prochain lanceur, le SLS (Space Launch System), présentée comme la fusée la plus puissante jamais construite pour quitter plus facilement l’orbite basse de la Terre, et la capsule Orion pour y embarquer des astronautes. Enfin, un astronaute américain, Scott Kelly, et un cosmonaute russe, Micha Kornienko, sont en ce moment à bord de l’ISS pour un séjour d’un an, là aussi pour étudier les effets sur le corps et l’esprit humain des missions de longue durée dans l’espace.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.