GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Aujourd'hui
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    El Niño persiste et fera de 2016, comme 2015, une année très chaude

    media Le réchauffement climatique, combiné à des phénomènes naturels tel que le courant El Niño, devrait produire des moyennes de températures très élevées en 2015 et en 2016, selon le Met Office. Crédits : Petra Schramböhmer/Getty Images

    Les années 2015 et 2016 pourraient être les plus chaudes jamais mesurées. Ce sont les conclusions d'un rapport publié ce lundi 14 septembre par l'Institut météorologique britannique (Met Office). Et si les activités de l'homme sont souvent montrées du doigt, ce rapport met aussi en avant les conséquences de certains phénomènes naturels.

    Il a fait chaud en 2014, très chaud en 2015. Il devrait faire encore plus chaud en 2016. Parmi les responsables, un courant marin chaud du Pacifique connu sous le nom d'El Niño. Ce phénomène revient à peu près tous les 5 ans, il est réapparu en mars dernier. Conséquence, depuis cette date la température des eaux équatoriales du Pacifique est supérieur d'un 1,2 degré à la normale.

    Et cet épisode d'El Niño continue de se renforcer. Selon les scientifiques de l'institut météorologique britannique, il pourrait même être «l'un des plus intenses» jamais répertorié, proche de celui de 1998 qui avait blanchi les coraux. Alors certes, El Niño participe au réchauffement global mais les répercussions se mesurent aussi au niveau local. L'étude britannique prévoit ainsi une augmentation des risques de sécheresse en Afrique du Sud, en Asie de l'Est, et des risques d'inondations en Amérique du Sud.

    A l'inverse, ce courant marin pourrait mettre fin à quatre ans de sécheresse en Californie. Un phénomène naturel qui n'est pas près de s'arrêter puisque selon les scientifiques, El Niño devrait persister jusqu'au printemps 2016.

    Rapport du Met Office

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.