COP21: un document préparatoire qui déçoit - Science - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

COP21: un document préparatoire qui déçoit

media Greepeace voudrait fixer un objectif clair afin de viser 100 % d’énergies renouvelables à l’horizon 2050 et sortir des énergies fossiles. Chris Hondros/Getty Images

La Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP21) démarre dans six semaines, et on est à quelques jours de la dernière réunion de négociations « pré-COP » à Bonn, qui démarre lundi prochain. Ce dernier cycle servira à préparer le texte qui sera négocié à la conférence climat de Paris. Mais, selon plusieurs ONG, ce texte de vingt pages est loin d'être suffisant.

Les co-présidents de la COP ont présenté, le 5 octobre dernier, un nouveau texte de 20 pages, beaucoup plus concis que le précédent (80 pages). Vingt pages, qui font l'impasse sur l'essentiel, estime Alix Mazounie, responsable des politiques internationales au Réseau action climat (RAC) : « Le texte de la négociation aujourd’hui ne pose pas clairement l’enjeu, qui est la transition énergétique, qui est à la fois la solution pour lutter contre les changements climatiques, mais aussi la solution pour garantir l’accès à l’énergie partout dans le monde. Et le mot énergie n’existe même pas dans le texte de négociations aujourd’hui. Donc c’est comme si on essayait de créer une convention anti-tabac sans que le tabac apparaisse une seule fois dans le texte. »

Pour Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France, il faudrait introduire des propositions concrètes de politiques énergétiques dans le texte : « La meilleure option consisterait à fixer un objectif très clair pour viser 100% d’énergies renouvelables à l’horizon 2050. Ça veut dire qu’il faut sortir des énergies fossiles. Il faut que ce soit un signal clair envoyé par les chefs d’Etat et de gouvernement qui vont venir à Paris. La COP 21 devrait sonner le début de la fin de l’ère des énergies fossiles. Ça devrait être le vrai démarrage de l’ère des énergies renouvelables. Et ça, on ne le sent pas dans le texte aujourd’hui. »

 → A (RE)LIRE : COP21: petit lexique des négociations climat

Romain Benicchio, de l’ONG Oxfam, insiste lui sur les questions de gros sous, car on sait que le financement de l’adaptation au changement climatique des pays les plus vulnérables est un point crucial. « Il y a eu un travail qui a été fait par l’OCDE [Organisation de coopération et de développement économiques] pour chiffrer l’état actuel des financements climat. Eux estiment le montant des financements climat nord-sud à plus de 60 milliards d’euros par an, mais quand on regarde en détail, on voit qu’il s’agit surtout de financements sous forme de prêts, des financements qui sont utiles pour développer les infrastructures, les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique ou les transports, mais essentiellement dans des pays à revenus intermédiaires ou émergents et que les financements sont absolument insuffisants quand il s’agit de soutenir les pays et les populations les plus vulnérables, notamment en Afrique. »

Le flou des contributions

Et le responsable de pointer, lui aussi, les carences du texte présenté le 5 octobre dernier, qui « ne répond pas du tout à cette question ». Romain Benicchio souligne également le flou qui entoure les engagements des pays en vue de la COP21.

Il reste 5 jours de tractations, du 19 au 23 octobre, pour aboutir à un texte concret et ambitieux à soumettre à la Conférence de Paris. Le Coréen Hoesung Lee est le nouveau président du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) et il exhorte donc les négociateurs de Bonn, de prendre toute la mesure de l'urgence climatique. « La fenêtre d'opportunités pour lutter contre le changement climatique va se fermer rapidement, prévient-il. Et selon le dernier rapport du GIEC, il faut que le pic des émissions soit atteint bientôt et qu'on commence ensuite à réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 3 % par an. A l'horizon de 2100, il faut qu'on arrive à zéro émission. » Hoesung Lee appelle donc les décideurs politiques à « prendre au sérieux » les avertissements du monde scientifique.

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.