GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Aujourd'hui
Samedi 25 Mai
Dimanche 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Culture

    «Seul sur Mars»: la Nasa profite du film pour faire sa Com’

    media La Nasa a pour objectif d’envoyer une personne vers Mars d’ici les années 2030. REUTERS/NASA/Greg Shirah/Handout

    La Nasa aime à dire que la première personne qui ira sur la planète Mars est déjà née. Et l’agence spatiale américaine s’est saisie du film Seul sur Mars pour organiser un gigantesque plan de communication. Ce film, de Ridley Scott et avec Matt Damon, raconte l’histoire d’un astronaute qui se retrouve seul sur Mars en attendant des secours. Le film est surtout l’occasion pour la Nasa de faire parler de ses programmes pour envoyer une mission humaine sur la planète rouge.

    « The Journey to Mars », « le voyage vers Mars ». C’est le nom de code de l’opération de la Nasa, qui a pour objectif d’envoyer une personne vers la planète rouge d’ici les années 2030. Pour vanter ce projet, la Nasa a décidé de surfer sur le succès du film Seul sur Mars (The Martian, en version originale), premier au box-office ces deux dernières semaines aux Etats-Unis. Il sortira sur les écrans en France ce mercredi 21 octobre.

    La Nasa a activement soutenu et collaboré à la réalisation du film de Ridley Scott, d’abord en tant que conseiller technique et scientifique. L’agence en a également fait la promotion : elle a invité, par exemple, les acteurs à se rendre sur ses bases de lancement et a même diffusé le film en avant-première dans la Station spatiale internationale, le 19 septembre dernier.

    Des programmes de conquêtes spatiales qui nécessitent des financements

    En ce moment, la Nasa développe le Space Launch System (SLS), sa nouvelle fusée qui devrait faire le voyage vers Mars. Elle développe également Orion, le vaisseau spatial successeur des capsules Apollo, où résideront les astronautes.

    Mais aucun plan de route, aucun budget ni aucune date n’ont été définitivement arrêtés, à ce jour. Le problème est que le SLS et Orion sont des programmes coûteux. Et le budget de la Nasa est voté tous les ans par le Congrès des Etats-Unis. L’agence spatiale a donc besoin du soutien des Américains pour faire pression sur leurs représentants et avoir suffisamment de budget pour mettre en œuvre ces programmes.

    Curiosity, le rover de la Nasa qui explore et étudie la planète Mars, le 5 août 2015. REUTERS/NASA/JPL-Caltech/MSSS/Handout

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.