GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Aujourd'hui
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Du sucre et de l'alcool détectés sur la comète Lovejoy

    media Cette image de la NASA montre la comète Lovejoy vue depuis la Station spatiale internationale, le 27 décembre 2011. AFP PHOTO/HANDOUT / NASA

    Les scientifiques ont fait une étonnante découverte dans l’espace. Une équipe internationale dirigée par deux Français étudie de nouvelles molécules organiques complexes, ces petites briques de la vie. Et alors qu'ils étudiaient la composition de la comète Lovejoy, à leur grande surprise, ils ont trouvé à sa surface deux composés bien connus sur Terre qui ne sont autre que le sucre et l'alcool.

    C’est un joli petit cocktail qu’ont découvert ces chercheurs de l’observatoire de Paris : de l’alcool éthylique, du sucre, ainsi que 19 autres molécules organiques dont l’éthylène glycol, un antigel.

    Lovejoy est une comète que l’on a découverte récemment en 2014, mais elle passionne les scientifiques, car elle passe régulièrement à proximité de la Terre. Elle est d’ailleurs restée visible à l’œil nu pendant plus d’un mois en janvier dernier.

    Pendant son passage près du soleil, elle a libéré sous l’action de la chaleur une atmosphère riche en molécules diverses, et c’est cette atmosphère qui a été analysée à distance par les chercheurs à l’aide du télescope IRAM installé en Espagne près de Grenade. Parmi ces molécules, une surprise : du sucre et de l’alcool. Chaque seconde, c’était l’équivalent de la quantité contenue dans 500 bouteilles de vin qui s’échappait, selon les chercheurs responsables de l'étude.

    Si Lovejoy a conservé dans sa glace ces éléments détectés aujourd’hui, c’est qu’ils étaient présents dans la nébuleuse dont ont émergé les planètes comme la nôtre, il y a plus de 4 milliards d’années.

    Cette découverte est donc un pas de plus dans la connaissance des conditions physiques et chimiques qui existaient à la naissance de notre système solaire.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.