GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Science

    Une molécule géante contre le virus Ebola

    media Un centre de soins contre le virus Ebola en Guinée. AFP PHOTO KENZO TRIBOUILLARD

    Une équipe de chercheurs affirme avoir découvert une molécule géante capable de bloquer le virus Ebola. Une trouvaille qui intervient plus d’un an après le début de l’épidémie responsable de la mort de 11 000 personnes en Afrique de l’Ouest depuis fin 2013.

    Après le Liberia, c’était au tour de la Sierra Leone d’annoncer officiellement il y a deux jours la fin de l’épidémie d’Ebola. La victoire face à ce virus, qui a tué plus de 11 000 personnes en Afrique de l’Ouest depuis la fin 2013, semble plus proche que jamais. D'autant plus qu'une équipe européenne a découvert un procédé pour produire facilement une « molécule géante » potentiellement capable de bloquer le virus, selon un article publié lundi 9 novembre dans la revue Nature Chemistry.

    Il s’agit d’une nouvelle piste de traitement pour ces chercheurs qui ont développé une méthode simple en laboratoire, in vitro. L’objectif est que le virus ne pénètre pas au cœur des cellules et ainsi ne puisse pas se multiplier.

    Bande velcro

    Pour cela, ils ont synthétisé une énorme molécule en forme de globe qui a la capacité d’envelopper la cellule et de barrer la route au virus. L’auteur de l’étude la compare à une bande velcro qui se colle très fortement, plus solidement encore que ne pourrait le faire le virus lui-même, sur la surface de la cellule. Une protection qui la rend imperméable aux agents pathogènes.

    C’est un principe actif sur lequel des chimistes du CNRS, membres de l’équipe européenne, travaillent depuis de nombreuses années sur les virus Ebola, VIH et Dengue, mais également sur des bactéries.

    Si les chercheurs considèrent cette étape importante, d’autres spécialistes estiment qu’un éventuel essai sur des êtres vivants reste beaucoup plus difficile à réaliser. Ils ne sont par ailleurs pas certains de son action in vivo. Les travaux de recherche entre la découverte d’une molécule en laboratoire et la fabrication d’un médicament peuvent nécessiter plusieurs années.

    Faible arsenal thérapeutique

    Les traitements contre le virus Ebola arrivent un an et demi après le début de l’épidémie. L’arsenal thérapeutique est encore très pauvre. Seuls deux médicaments répondent efficacement. C'est le cas du Favipiravir, initialement dirigé contre le virus de la grippe. Après l’avoir testé chez la souris, il a été constaté une certaine efficacité chez des patients dont la charge virale n’était pas trop élevée.

    Il a fallut l’associer au ZMapp, une combinaison d’anticorps monoclonaux. Pourtant, compte-tenu du faible nombre de patients sur lesquels cette association médicamenteuse a pu être testée, les scientifiques n’ont pas pu confirmer sa réelle efficacité.

    Une dernière molécule du laboratoire américain Gilead, expérimentée récemment chez une patiente anglaise, pourrait être associée avec le Favipiravir. Une combinaison à destination des survivants du virus Ebola. Des malades guéris mais dont certains semblent conserver des traces du virus dans leur sperme et leurs globes oculaires.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.