GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Lundi 30 Mai
Mardi 31 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 2 Juin
Vendredi 3 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Au Chili, la vie de moine des chasseurs d’étoiles

    media Le plus grand observatoire européen du monde a été construit à partir des années 1990 sur le mont Paranal. RFI / Claire Martin

    Au Chili, entre 100 et 120 hommes et femmes travaillent constamment dans le plus grand observatoire européen du monde. Des télescopes situés à 2 600 mètres d’altitude sur le mont Paranal, loin de tout, en plein désert d’Atacama, le désert le plus aride au monde.

    De notre correspondante à Santiago,

    De petites montagnes aux teintes rouges et grises parsemées d’énormes blocs de pierre qui semblent tombés du ciel se succèdent à perte de vue. Aucune tache de verdure, pas même un semblant de vie animale ne vient perturber le plus aride paysage du monde, le désert d’Atacama. Cette réalité minérale n’a pas empêché la construction, à partir des années 1990, des dix télescopes qui forment aujourd’hui le plus grand observatoire du monde appartenant à une seule organisation, l’ESO (European Southern Observatory). Car c’est justement l’aridité du site qui donne à voir, la nuit, un des plus beaux ciels de la planète.

    « L’Observatoire est un peu comparable à un bateau ou à une plate-forme pétrolière en pleine mer, explique l’astronome de l’ESO, Julien Girard, car il n’y a rien à faire autour. » Il est déconseillé de s’éloigner à pied, car il est facile de se perdre, aucun point de repère n’existant. Et la ville la plus proche est à plus de 100 km de distance. « Si on ne fait ni fromage, ni bière, ni Chartreuse, on produit des données scientifiques, reprend Julien, dans un sourire. Notre vie ici est finalement très monacale. »

    Un travail sans relâche

    Dès le coucher du soleil, les astronomes manœuvrent les télescopes depuis la salle de contrôle pour réaliser les observations que les scientifiques du monde entier, européens en priorité, ont demandé. Chaque minute d’obscurité compte pour faire avancer la science. Du coup, l’observatoire ne s’arrête jamais. « Les seules raisons qui nous obligent à fermer, explique Maxime Boccas, le chef des ingénieurs de Paranal chargés de veiller au bon fonctionnement des télescopes, sont d’ordre climatique – pluie, vent tournant excessif… – ou, rarement, à cause de pannes. » Autrement dit, les astronomes travaillent, sans relâche, toutes les nuits de l’année, entre dix et vingt heures d’affilée, suivant la saison… Pour soutenir le moral des troupes, une table est constamment recouverte de café, thé, chocolat, biscuits et fruits secs, dans la salle de contrôle.

    « L’ambiance est studieuse », reconnaît Julien. « Notre vie sociale est très réduite, car nous sommes assez peu nombreux à travailler de nuit – il y a entre un et quatre scientifiques par télescope – et chacun va se coucher à une heure différente. Le jour, on dort, chacun se réveille et déjeune à une heure différente. Aujourd’hui, j’ai fait du sport tout seul, par exemple. » Une vie de moine que Julien Girard supporte parce qu’il est passionné par son travail. Mais aussi parce qu’il n’y est pas tout le temps.

    Les astronomes se relaient, passant entre un quart et un tiers de leur année sur la montagne. Le reste du temps, ils vivent généralement à Santiago. « Je ne ferais pas ça toute ma vie », sourit Evelyn Johnston, qui, à 27 ans, vient d’arriver d’Angleterre à l’ESO. « Tu dois constamment te recaler entre jour et nuit, explique-t-elle. C’est difficile, aussi, de ne jamais rester plus de trois ou quatre semaines de suite dans un même lieu, et tu dois tout prévoir 7 mois à l’avance, car tes séjours à Paranal sont fixés très longtemps à l’avance. »

    « Ce qu'on fait ici est exceptionnel »

    La vie y est quand même adoucie par un hôtel aux airs d’oasis, situé au pied du mont où sont construits les télescopes. Dans la « Residencia », la rampe d’accès longe un jardin exotique qui se termine par une piscine, donnant un peu d’humidité à une atmosphère qui en est dépourvue. Salle de cinéma, baby-foot, ping-pong, billard, salle de musique avec tous les instruments à disposition, permettent aussi de se divertir. Et une grande salle de sport face à l’hôtel également.

    Même si ceux qui en profitent surtout sont les travailleurs de jour de l’ESO, les ingénieurs. « C’est une autre ambiance », souligne l’un d’entre eux, José Luis Alvarez. « On est beaucoup plus nombreux, et comme on a à peu près les mêmes horaires, on peut se caler une partie de volley ou de foot, on peut déjeuner ensemble. » Même si pour eux, la présence sur la montagne est aussi plus intense : ils y passent une semaine sur deux. « La compensation ? réfléchit José Luis, un quart de seconde, ce qu’on fait ici est exceptionnel, on ne pourrait le faire nulle part ailleurs ! »

    L'hôtel où résident les scientifiques de l'ESO, en plein désert d'Atacama, au Chili. Au loin, les télescopes. RFI / Claire Martin

    A (ré)écouter également:
    Grand reportage: Dans le désert d’Atacama, l’Observatoire astronomique de Paranal

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.