COP21: le rythme des discussions est trop lent, juge Fabius - Science - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

COP21: le rythme des discussions est trop lent, juge Fabius

media Laurent Fabius, président de la COP21, photographié lors d'une conférence de presse au Bourget, le 28 novembre 2015. REUTERS/Jacky Naegelen

Réunies au Bourget, près de Paris, à l'occasion de la COP 21, les 196 délégations discutent depuis le début de la semaine pour trouver un accord sur le climat. Mais visiblement, les choses n'avancent pas à la vitesse voulue. On peut même dire qu'elles piétinent.

Les débats s'enlisent à un point tel que le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a dû s'exprimer publiquement, mercredi 2 décembre à deux reprises, pour que les choses accélèrent.

Les négociateurs en sont à la phase d'élagage du texte de 55 pages servant de base de travail pour la COP 21. Ces 55 pages recouvrent beaucoup d'options, négociées phrase par phrase, virgule par virgule.

Les mots ont un sens : on ne parle par exemple toujours pas d'énergie renouvelable mais de « décarbonisation », ce qui permet de maintenir notamment l'énergie nucléaire, au grand dam des ONG.

Le casse-tête du financement

Mais le vrai point dur, c'est la question du financement. Le plus grand groupe de pays qui négocient au Bourget, le « G77 + Chine », a tapé du poing sur la table car le compte n'y est pas. Il réclame une « augmentation substantielle » du Fonds vert, l'enveloppe de 100 milliards de dollars annuelle promise par les pays du Nord à ceux du Sud.

Il va falloir accélérer, puisqu'un premier jet du texte négocié est attendu ce vendredi 4 décembre à 8 h. Les pays auront ensuite jusqu'à samedi midi pour le digérer. Ensuite, c'est la négociation politique entre les ministres qui commencera.

Au programme ce jeudi : la conférence sur les transports. C'est un peu moins d'un quart des émissions de CO2 dans le monde, et cela grimpe. Si rien n'est fait, cela représentera un tiers des émissions en 2050. On évoque déjà une dizaine d'initiatives qui seront annoncées.

L'important cette semaine, c'est que les négociateurs des pays en développement ne lâchent pas

Alix Mazounie, membre du Réseau Action Climat 03/12/2015 - par Simon Rozé Écouter

L'impact du changement climatique sur le quotidien des familles, notre webdoc

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.