GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Aujourd'hui
Lundi 30 Mai
Mardi 31 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    L’ivresse express crée des dommages sur le cerveau des jeunes

    media En France, les séances d’alcoolisation massive, connues sous le nom anglais de «binge drinking», sont en plein essor, en particulier chez les femmes. AFP PHOTO / JEAN-PHILIPPE KSIAZEK

    Un petit conseil santé en ces fêtes de fin d'année : méfiez-vous du binge drinking, « ivresse express » en français. Venu des pays anglo-saxons, ce défi apprécié des jeunes - 14% des 15-24 ans le pratiquaient au dernier recensement en France - consiste à boire le maximum en très peu de temps. Un sacré impact sur leurs cerveaux à la maturité non achevée, s'alarme une étude de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

    Si les risques directs de ce mode de consommation d’alcool sont les comas éthyliques, les accès de violence, voire les accidents, c’est la matière blanche du cerveau qui est la plus touchée à long terme. Elle comprend les câbles des neurones et sert à propager l’information dans le système nerveux.

    Pour ceux qui pratiquent cette ivresse effrénée, la connectivité entre les neurones est perturbée. L’étude a été menée sur une quarantaine d’étudiants, âgés de 18 à 25 ans à l'aide de questionnaires et d'IRM.

    Concrètement, cela se traduit par une moins bonne mémoire immédiate, celle que l’on utilise pour lire ou chercher une information, et empêche le développement de nouveaux neurones.

    Hommes et femmes ne sont d’ailleurs pas égaux. Chez les jeunes femmes, les altérations de la matière blanche sont plus subtiles, mais les performances cérébrales sont quand même dégradées. Ce qui inquiète le plus les chercheurs, c’est que la consommation excessive et rapide d’alcool a lieu à un moment où le cerveau n’a pas fini sa maturation. Il y a donc des risques de séquelles à l’âge adulte.

    Selon le professeur Mickaël Naassila, de l'université de Picardie, la consommation massive et précipitée a surtout plus d’effets toxiques sur le cerveau qu’une même consommation, mais plus étendue dans le temps.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.