GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Des crevettes nourries aux mouches en Malaisie: durable et protéiné

    media Des crevettes fraîchement pêchées et vendues sur un marché à ciel ouvert en Asie. Getty Images/Karen Trist

    C’est un pari un peu fou que viennent de lancer deux Français en Malaisie : créer une ferme non pas de poules ou de vaches, mais une ferme de mouches. Le but est de produire une farine hyper-protéinée destinée à nourrir des crevettes et poissons d’élevage.

    Chaque année, sur Terre, nous produisons plus de 200 millions de tonnes de chair animale et un poisson sur deux que nous mangeons provient de l’élevage. Ces animaux avant de finir dans nos assiettes, se nourrissent eux aussi de protéines. Avec l’augmentation de la population et du niveau de vie, les chiffres de la consommation de chair animale vont continuer à grimper et les prix également…

    Des tonnes de viandes animales sont aussi gaspillées tous les jours ce qui est également une source majeure de pollution sur notre planète. Les deux entrepreneurs français proposent une réponse innovante avec leur ferme de mouches : trouver des sources de protéines alternatives. Selon eux, il s’agit là d’une solution durable pour nourrir une population qui évolue rapidement.

    Le choix de la Malaisie est murement réfléchi

    Se lancer dans un tel élevage est une aventure un peu compliquée mais les deux Français ont déjà pas mal de flèches à leur arc. Le premier a commencé dans l'architecture, puis a monté un business dans les chaussettes, avant de faire un tour du monde à la voile et une escale par Madagascar. Le second, vétérinaire biologiste de formation, a commencé dans l'élevage de vers à soie, avant de s'installer à Madagascar, au Guatemala puis en Thaïlande pour se spécialiser dans la filière crevettes.

    Depuis un siècle, le pays est pionnier dans le développement de l'aquaculture : crevettes, algues, poissons, crustacés. Mais depuis 25 ans, c’est même devenu une industrie très lucrative. Un marché à conquérir et à engraisser… Et comme cette espèce de mouches est présente sur tous les continents, d’autres fermes pourraient, ensuite, bien voir le jour.

    La mouche « soldat noir »

    La mouche en question est appelée communément la mouche « soldat noir » car, lorsqu'elle est en bande, elle s’aligne en ordre de bataille avec ses congénères. Dans cette ferme, la plupart des insectes n’atteindront pas la taille adulte. Arrivées à maturité, les larves de mouches seront récoltées et transformées en cette fameuse farine riche en protéines et en acides gras.

    Quant au processus de fabrication, il est éprouvé : après un dégraissage à basse température, la farine a une teneur en protéine de plus de 50% et seulement 10% de graisse. Elle sera ensuite envoyée à l’industrie d’élevage pour nourrir des poissons ou des crevettes.

    Autre élément intéressant quoique peu appétissant, les petits asticots se nourrissent exclusivement de déchets alimentaires. Les mouches soldats noirs ont donc une double qualité : énergétique et durable !

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.