GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 30 Septembre
Samedi 1 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    L'extension du virus Zika en Amérique inquiète l'OMS

    media Une opération de dépistage de virus transmis par les moustiques à Sao Paulo, le 18 janvier 2016. REUTERS/Rodrigo Paiva

    L'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'inquiète de la progression du virus Zika en Amérique, qui se contracte par une piqure de moustique. Il est déjà présent dans 21 pays (sur 55) du continent et « va continuer de s'étendre » à presque toute l'Amérique prévient l'OMS. La progression du virus inquiète, d'autant plus qu'aucun traitement n'a pour l'heure été trouvé.

    Le virus Zika, provoqué par une piqure de moustique tigre et responsable potentiel de graves malformations du fœtus, « va continuer à s'étendre » à tout le continent américain, à l'exception du Canada et du Chili, a indiqué lundi 25 janvier l'Organisation mondiale de la santé qui y voit « un sérieux sujet d'inquiétude ».

    Le virus, lorsqu'il atteint une femme enceinte, est soupçonné de provoquer des microcéphalies chez son nouveau-né, soit une anomalie de croissance de la boîte crânienne du fœtus. L'an dernier au Brésil, plus de 3 000 bébés sont nés avec cette malformation de la tête, soit presque vingt fois plus qu'auparavant.

    Aucun médicament disponible

    L'Organisation mondiale de la santé s’inquiète particulièrement de l’avancée du virus puisqu’aujourd’hui, il n'existe aucun médicament ou vaccin contre le Zika. Seuls les symptômes (fièvres, érosions cutanées, conjonctivites) peuvent être traités.

    L'OMS insiste donc sur la prévention. Le moyen le plus efficace de lutter contre le virus est de se tenir éloigné des zones d'eaux stagnantes, où les moustiques affluent, de se protéger avec des répulsifs et de dormir sous des moustiquaires.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.