GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 1 Octobre
Dimanche 2 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Les riverains des zones cultivées exposés aux pesticides

    media Une pulvérisation de pesticides en Allemagne. Une pulvérisation de pesticides sur un champ de Colza. Peter Foerster / AFP

    Des analyses, commandées par l'association Générations futures, ont été faites à Strasbourg dans l'est de la France. Elles montrent la présence de résidus d'une multitude de pesticides sur des échantillons de poussières recueillies dans des maisons proches de zones de cultures. En plus des molécules qui proviennent des insecticides domestiques, des fongicides et autres herbicides ont été retrouvées dans des habitations rurales.

    Vivre à la campagne ne veut pas toujours dire respirer le grand air pur. En juillet 2015, la poussière d'une vingtaine de maisons situées à proximité de champs de céréales, de vergers ou de vignes a été passée au peigne fin par Générations futures. Cette organisation non gouvernementale, spécialisée dans le domaine des pesticides, milite depuis plusieurs années pour une meilleure prise en compte de l'impact des pesticides sur la santé des populations.

    Les échantillons de poussières récoltées ont été analysés et les résultats obtenus sont édifiants. Ils montrent que les riverains des zones de cultures sont en effet exposés au quotidien à un cocktail de pesticides. Le nombre de molécules présentes dans les poussières est plus ou moins important selon les activités agricoles. Ainsi, les enquêteurs en ont détectées 14 dans les maisons à proximité des champs de céréales, 23 dans celles qui sont proches de vergers et jusqu'à 26 dans les habitations non loin de vignes.

    98% des résidus de pesticides présents dans la poussière des maisons de campagne examinés par Générations futures sont des perturbateurs endocriniens, c'est-à-dire, des substances soupçonnées de provoquer un dérèglement hormonal en particulier chez les femmes enceintes et les enfants en bas-âge. Et les molécules chimiques ont la vie dure. Parmi les substances détectées chez les riverains de champs, il y en a une, le diuron, qui est interdite depuis 2008 en France, mais que l'on retrouve dans 90% des habitations.

    L'association précise que son enquête n'a pas la valeur d'une étude scientifique, mais son but est d'alerter les autorités sanitaires françaises et européennes sur le fait que des personnes sont en permanence exposées à des résidus de pesticides, dont la grande majorité est constituée de perturbateurs endocriniens potentiels.

    A l'heure actuelle, il n'y a ni définition, ni réglementation par l'Union européenne de ces perturbateurs endocriniens. La Commission devait établir un cadre législatif de ces substances fin 2013, mais elle ne l'a toujours pas fait. En décembre dernier à part le tribunal de l'union saisie par la Suède. Cette réglementation est maintenant attendue pour 2017.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.