GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Juin
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    La Nouvelle-Calédonie crée un dispositif anti-moustique Zika original

    media Le moustique tigre (Aedes aegypti) étudié dans un laboratoire au Brésil, le 6 mars 2016. Alvin Baez/Reuters

    La recherche dans la lutte contre la prolifération du moustique tigre (Aedes aegypti), vecteur commun de la dengue, du chikungunya et de Zika, est en pleine effervescence. Et un système original vient d’être validé par des instituts de recherche comme Pasteur et l’IRD (Institut de recherche pour le développement) de la région.

    L’idée, qui a d’abord germé dans la tête de deux pères de famille de Nouvelle-Calédonie, confrontée à une épidémie de dengue, a ensuite été réalisée par une start-up. Le principe est simple, mais il fallait y penser. Il s’agit d’un aggloméré constitué de caoutchouc recyclé, issu de pneus usagés, souple et adapté à la forme des véritables réservoirs que sont les gouttières des maisons. Le matériau permet de laisser passer l’eau tout en empêchant les moustiques d’entrer en contact avec l’eau qui s’y trouve.

    → A (re)lire : Zika: nouvelle étude sur la transmission du virus

    « Le dispositif empêche les larves de se développer dans ces eaux stagnantes, explique Françoise Mathieu-Daudé, entomologiste chargée de recherche à l’Institut de recherche et de développement en poste en Nouvelle-Calédonie. Ce dispositif permet à l’eau de passer au travers et permet un drainage de l’eau dans des gouttières, dans des avaloirs ou dans d’autres endroits, même en cas de fortes pluies comme on en a sous les tropiques. Le second avantage, c’est qu’il travaille sur la filière du pneu recyclé. Et c’est ce qui est particulièrement intéressant, parce que les pneus constituent de véritables gîtes pour les insectes vecteurs. »

    → A (ré)écouter : Virus Zika: quel mode de transmission? quels moyens de prévention?

    Un système très efficace qui est évidemment complémentaire, comme celui qui consiste à vider les soucoupes d’eau stagnante dans les jardins par exemple, même si la société a prévu d’adapter la forme du dispositif baptisé Aglostic à ces contenants. Ce procédé devrait réduire de moitié la nidification de l’Aedes aegypti.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.