GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Juin
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Astronomie: Pluton, la bien vivante

    media Images de la sonde américaine New Horizons. Credits: NASA/JHUAPL/SwRI/Gladstone et al./Science (2016)

    Pluton n'est pas du tout l'astre mort que l'on imaginait, bien au contraire, et la preuve en a été apportée. Le 14 juillet dernier, une sonde atteignait la planète naine aux confins de notre système solaire. Depuis, New Horizons, c'est son nom, envoie régulièrement vers la Terre les données qu'elle a collectées. Le magazine Science les publie dans un numéro spécial ce vendredi. Grâce à ces informations, on comprend notamment beaucoup mieux comment Pluton et ses lunes se sont formées.

    Dès la réception des premières images envoyées par la sonde New Horizons, c'était la surprise : Pluton est géologiquement et chimiquement actif. Pour bien comprendre pourquoi il faut savoir comment se sont formés Pluton et de ses 5 lunes, il y a 4 milliards et demi d'années.

    « A peu près au moment de la formation du reste du système solaire,  il y a eu un gigantesque impact : deux objets collossaux se sont percutés, rappelle à RFI Harold Weaver, de l'université américaine John Hopkins. Cela a formé Pluton et sa plus grosse lune, Charon, et tout autour, un disque de débris.

    C'est comme si on regardait la formation d'un mini système solaire : dans ce disque de débris, les plus petites lunes se sont formées. On ne savait pas non plus quelle était leur réflectivité. Il s'avère qu'elles renvoient entre 50 et 90 % de lumière du soleil alors qu'un noyau de comète renvoie 4 % de la lumière. Mais pourtant, les comètes viennent de la même région du système solaire. Il doit donc y avoir un processus évolutif qu'on ne connaît pas encore ».

    Ce sont les données que la sonde n'a pas encore transmises qui pourront peut-être apporter une réponse à ces questions. New Horizons a emmagasiné tellement de données et est désormais si loin, qu'elle va encore mettre une petite année à tout envoyer vers la Terre.

    → Pour en savoir plus, lire l'article du magazine Science

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.