GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Un vaccin expérimental mis au point contre le paludisme

    media L'anophèle est le principal moustique responsable de la transmission du paludisme à l'être humain. Getty Images

    La recherche scientifique enregistre peut-être une avancée dans la lutte contre le paludisme. Ce sont en tout cas ce que laissent à penser les résultats publiés ce lundi 18 juillet dans le Journal of experimental medecine. Une avancée qui concerne la mise au point d'un vaccin entreprise qui a jusqu'à présent échoué en raison de la complexité biologique du virus.

    Les chercheurs ont mis au point un vaccin expérimental en modifiant une protéine responsable de la réponse immunitaire chez la souris. Une stratégie basée sur la mutation du parasite.

    « C'est la mise au point d'une nouvelle souche de parasite Plasmodium, dont nous avons muté un gène qui contrôle directement la réponse immunitaire de l'hôte, c'est-à-dire la souris, explique à RFI le docteur Sala Mécheri, parasitologue à l’Institut Pasteur et responsable de l’équipe à l’origine de ces travaux. De ce fait, ce parasite ne va pas évoluer de manière tout à fait classique. Par conséquent, ce parasite va induire une réponse immunitaire protectrice, qui va induire chez cette souris une protection durable. C'est-à-dire qu'à chaque fois que cette même souris protégée va rencontrer de nouveaux parasites plus virulents, cette souris sera totalement protégée. De ce fait, on peut évidemment parler de souche vaccinale. »

    Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), près de 215 millions de cas ont été recensés en 2015. Presque 500 000 personnes sont mortes, essentiellement des femmes enceintes et des enfants. Cette affection reste la maladie parasitaire la plus menaçante à travers le monde.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.