GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Science

    La pollution atmosphérique tue, et de plus en plus

    media La pollution a tué 2,9 millions de personnes en 2013, selon les derniers chiffres disponibles publiés dans un rapport de la Banque mondiale. Clément Guillaume/Getty Images

    La pollution atmosphérique est devenue le quatrième facteur de décès prématuré dans le monde. Ce sont les conclusions du dernier rapport de la Banque mondiale publié jeudi 8 septembre. Un constat qui entraîne un manque à gagner de centaines de milliards de dollars pour l'économie mondiale.

    Les maladies causées par la pollution de l'air, c'est à dire les maladies cardio-vasculaires, les infections respiratoires ou encore les cancers du poumons sont responsables d'un décès sur dix dans le monde. Six fois plus que le paludisme ! Et près de 87 % de la population mondiale y est exposée.

    Selon le rapport de la Banque mondiale, la pollution de l'air aurait tué près de 3 millions de personnes en 2013. Ces pertes en vies humaines sont aussi de véritables entraves au développement économique qui impactent les revenus du travail mais peuvent aussi se chiffrer en terme de « bien-être ».

    Par exemple en Asie du Sud-Est (Chine et Inde inclues), ces pertes de « bien-être » représentent 7,5% du produit intérieur brut. Dans ces pays, les particules nocives proviennent surtout des centrales à charbon, des transports et des combustibles solides utilisés dans les foyers.

    Mais c'est pourtant en Afrique du Nord et au Moyen-Orient que l'on trouve les plus fortes concentration de particules fines du fait des poussières minérales portées par les vents.

    En France, la pollution de l'air serait responsable de 48 000 décès par an. Des chiffres impressionnants qui ont augmenté de 30% en à peine 20 ans et qui touchent surtout les plus jeunes et les plus âgés.

    Par pays, les plus hauts taux d'exposition à ces fines particules sont intervenus en 2013 en Mauritanie, en Chine et en Arabie saoudite. Les pays aux plus faibles taux d'exposition sont l'Australie et la Norvège ainsi que les îles du Pacifique et des Caraïbes.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.