GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Environnement: vers la fin du commerce d'ivoire d'éléphant ?

    media Un troupeau d'éléphants dans le parc national Hwange au Zimbabwe. REUTERS/Philimon Bulawayo

    Les responsables gouvernementaux réunis à la conférence de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) à Hawaï ont adopté samedi 10 septembre un texte appelant à mettre un terme à tous les marchés domestiques de commerce d'ivoire.

    La fin du commerce d’ivoire a sonné. Malgré l'opposition de la Namibie et du Japon, la motion a été adoptée le jour de la clôture de la conférence qui a duré dix jours et a réuni 9.000 personnes à Honolulu, à Hawaï. Le texte « exhorte les gouvernements des pays concernés par le commerce national d'ivoire à prendre toutes les mesures législatives et réglementaires pour l'arrêter ».

    « C'est la première fois qu'un organe international appelle chaque pays dans le monde à mettre un terme aux marchés légaux d'ivoire », salue Andrew Wetzler, du Conseil de défense des ressources naturelles. Et d’ajouter : « C'est une victoire pour les éléphants, qui avec un peu de chance sera réitérée à la fin du mois à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) à Johannesburg », en Afrique du Sud.

    Vers la fin du règne des éléphants d’Afrique ?

    Pour les défenseurs de la nature, il était grand temps d’adopter de nouvelles mesures, même si celles-ci ne sont en rien contraignantes. Et pour cause : bien que la CITES ait interdit le commerce international d'ivoire d’éléphant en Afrique en 1989, le braconnage se maintient à des niveaux élevés. Selon une étude publiée en ouverture de la conférence internationale, les éléphants africains sont menacés d’extinction.

    Ainsi, la population des éléphants vivant dans les savanes d'Afrique a décliné de 30% entre 2007 et 2014, selon le recensement panafricain. L'Angola, le Mozambique et la Tanzanie sont identifiés comme des zones particulièrement touchées par le braconnage. Les populations d'éléphants vivant dans les savanes du nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), du nord du Cameroun et du sud-ouest de la Zambie sont menacées d'une « extinction locale ».

    Un ranger du Kenya Wildlife Service (KWS) prépare l'incinération de défenses d'éléphants, dans le parc national de Nairobi, le 28 avril 2016. REUTERS/Thomas Mukoya

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.