GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Maladie du sommeil: les parasites responsables ne se cachent pas dans le sang

    media La mouche tropicale tsé-tsé, porteuse de la maladie, mortelle, du sommeil. Anthony Bannister / Getty Image

    Des chercheurs de l'Institut Pasteur et de l'Inserm viennent de découvrir que les trypanosomes, les parasites responsables de la maladie du sommeil, se cachaient dans la peau des patients alors que les scientifiques les cherchaient jusqu'alors dans le sang. Une découverte importante puisqu'elle devrait permettre la mise en place de nouvelles méthodes de détection plus efficaces.

    Désormais, les 30% de porteurs sains qui continuaient de transmettre le parasite à la mouche tsé-tsé, vecteur de la maladie du sommeil, pourront être diagnostiqués et traités.

    « Si on parvient assez rapidement à mettre en place des méthodes de détection des parasites présents dans la peau, on pourra prendre en charge un plus grand nombre de patients », explique Brice Rotureau, spécialiste de la transmission du trypanosome à l'Institut Pasteur.

    Et de poursuivre : « Il y a deux aspects : pouvoir diagnostiquer de manière fiable et certaine une personne qui sera diagnostiquée positivement en sérologie et puis grâce à une méthode de détection de la peau, donc des patients en phase chronique ; et puis également on s’est aperçus grâce à des collègues de l’INR en particulier qu’un certain nombre de personnes ne manifestaient aucun symptôme, mais étaient pourtant porteurs de parasites. On parle de personnes qui sont trypano-tolérantes et qui constituent des réservoirs. »

    Effectivement, selon le spécialiste, le fait de pouvoir scanner, de manière assez rapide la présence de ces parasites dans la peau de ces personnes saines, « pourraient nous permettre de les identifier et de les traiter afin d’éliminer, si j’ose dire, ces parasites de la circulation. »
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.