GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Espace: Thomas Pesquet a bien rejoint la Station spatiale internationale

    media Thomas Pesquet, à Baïkonour, au Kazakhstan, peu avant son décollage, le 17 novembre 2016. REUTERS/Shamil Zhumatov

    Après sept ans d'entraînement, un décollage en fusée, deux jours de transit en Soyouz, c'est fait, l'astronaute français Thomas Pesquet a rejoint la Station spatiale internationale (ISS) dans la nuit de samedi à dimanche 20 novembre pour sa mission Proxima. Une émotion intense a été ressentie là-haut, mais aussi sur Terre, au centre de contrôle de l'Agence spatiale russe (Tsoup), près de Moscou, où se trouvaient ses proches.

    Avec notre envoyé spécial au Tsoup à MoscouSimon Rozé

    « Commandant Pesquet, quelles ont les mesures de pression ? » Le centre de contrôle russe s’adresse à l’astronaute français, ingénieur de bord dans le Soyouz, quelques minutes avant l’amarrage à la Station spatiale internationale (ISS). A 00 h 40, c’est chose faite, mais il faudra attendre deux heures de plus avant que le sas vers l'ISS s’ouvre. Au sol, les proches du Français Thomas Pesquet, du Russe Oleg Novitsky et de l'Américaine Peggy Whitson, laissent éclater leur joie. Ils peuvent enfin communiquer avec eux.

    « Allo Thomas, c’est Anne. J’ai dû mal à croire que je te parle et que tu es en orbite dans la station. On a vécu un moment incroyable au moment du décollage. C’était magnifique. Pour moi, deux jours, c’était très long avant de pouvoir te parler et on espère que tu vas bien », s'est émue Anne Mottet, la compagne de Thomas Pesquet.

    « On rêve de se mettre au travail »

    « Ca va très bien, répond-il, Le décollage, ça a dû être spectaculaire pour vous, c’est fascinant ici pour nous aussi. Je n’arrive pas à y croire moi-même, mais apparemment c’est pour de vrai donc on rêve de se mettre au travail et on est super contents », s'est, pour sa part, réjoui Thomas Pesquet.

    A l’écran, l’astronaute a le sourire jusqu’aux oreilles. Sur Terre, sa compagne également, mais les yeux sont humides. La discussion est courte, mais l’essentiel est là. La mission Proxima peut commencer.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.