GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Lutte contre le Sida: l'hôpital Donka à Conakry se dote de nouveaux équipements

    media L'hôpital Donka, à Conakry. AFP PHOTO / CELLOU BINANI

    Ce 1er décembre est la Journée mondiale de lutte contre le sida. En Afrique, la propagation du virus est toujours une réalité et la maladie reste stigmatisante. En Guinée, 120 000 personnes étaient atteintes du VIH sida fin 2015 selon le programme national de lutte contre l'épidémie. Soutenu par des ONG comme Solthis ou Médecins sans Frontières, un laboratoire et une unité de prise en charge pour les patients ont ouverts à l'hôpital public Donka.

    A l’hôpital public, le laboratoire de biologie moléculaire a depuis peu accès à de nouvelles techniques. La mesure de la charge virale notamment est facilitée, comme l’explique le docteur Tonkara. « Depuis que nous avons la possibilité de faire la charge virale, c’est au moins 3 982 patients qui ont bénéficié d’une quantification de la charge virale. Cette structure nous permet aujourd’hui de dire : oui, le traitement que nous proposons à nos patients c’est un traitement qui marche et qui marche bien, ou bien c’est un traitement qu’il faut réadapter ».

    Au deuxième étage, en plus d’un centre de prise en charge, une unité de soins intensifs a été inaugurée récemment : 31 lits pour les patients atteints du VIH. Le docteur Sacko en est le responsable. « Créer cette unité c’est vraiment quelque chose de salutaire qui permet du coup d’alléger un peu la charge des urgences », explique t-il.

    Néanmoins le virus reste stigmatisant et parfois méconnu. « Il faut quitter les villages pour les sous-préfectures. Les sous-préfectures pour les préfectures, préfectures pour la région… pour aller se faire dépister, regrette Diallo Fatoumata Binta, la présidente d’une association de malades du Sida. Donc il nous serait très difficile d’avancer vers la lutte contre le VIH ».

    Selon les engagements de la Guinée envers l’ONU Sida, 90 % des personnes séropositives connaîtront leur statut sérologique d’ici 2020.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.