GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    L’activité humaine mise en cause dans le recul des glaciers

    media Photo du glacier Taylor en Antarctique. Mark RALSTON / POOL / AFP

    Selon les conclusions d'une étude publiée dans la revue britannique «Nature Geoscience», le réchauffement climatique provoqué par les activités humaines fait fondre les glaciers tout autour de la planète.

    Un peu partout dans le monde, les glaciers fondent, c'est un fait. La question se porte donc sur l'origine de ce phénomène. Est-il dû à de simples variations météorologiques, ou au contraire d'un changement climatique plus profond, provoqué par l'homme ? La réponse apportée par l’étude publiée lundi 12 décembre dans la revue britannique Nature Geoscience est sans appel : c'est l'homme le responsable.

    Pour parvenir à ce résultat, les auteurs de ce travail ont sélectionné 37 glaciers répartis tout autour du globe. Ils ne les ont pas choisis au hasard, mais ont étudié ceux pour lesquels on dispose d'informations sur de longues périodes. L'intérêt de cette démarche étant d'éliminer les variations météorologiques naturelles, celles qui font qu'une année peut être plus chaude que la précédente. La méthode permet ainsi de dégager une tendance de fond.

    A titre d'exemple, l'Hintereisferner, un glacier autrichien, a reculé de presque trois kilomètres en 130 ans. La cause ne peut être qu'un changement du climat sur une aussi longue période, dont l'homme est très probablement le responsable. Les auteurs de l'étude estiment en effet que la durée du phénomène et le fait qu'il soit observé sur des glaciers répartis sur toute la planète montrent que ce recul ne peut pas être causé par des variations climatiques naturelles, mais bel et bien par les activités humaines et leurs conséquences sur le climat.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.