GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Juin
Lundi 19 Juin
Mardi 20 Juin
Mercredi 21 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 23 Juin
Samedi 24 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Science

    La consommation de miel et le diabète

    media  
    Abeille suçant du miel ©Jean-Louis Le Moigne

    Claire Hédon : « Cette semaine, vous allez répondre à la question d’Ibrahim qui nous écrit de Bamako et qui souhaite savoir si la consommation abondante de miel peut favoriser la survenue du diabète ? »

     Stéphane Besançon, nutritionniste et directeur de l'ONG Santé Diabète :

     - Il faut d’abord préciser à Ibrahim que la survenue du diabète de type 2 est influencée par de multiples facteurs. Certains sont dits environnementaux, c’est-à-dire les facteurs liés aux modes de vie et d’autres issus de prédispositions génétiques. On retient quatre facteurs de risque principaux dans le diabète de type 2 facteurs :
    - Une alimentation déséquilibrée
    - Un manque d’activité physique
    - La présence d’un surpoids ou d’une obésité
    - La présence d’antécédents familiaux.

    Dans le cas d’Ibrahim, qui visiblement mange beaucoup de miel, le risque auquel il s’expose est une trop grande consommation de sucres simples. Mais seul, ce risque a peu de chance de favoriser la survenue d’un diabète. En revanche, si cette consommation trop importante de miel est couplée à un ou plusieurs autres facteurs, le risque s’accroit inévitablement. Ce sera le cas si par exemple, en parallèle, Ibrahim mange trop gras ou s’il ne fait pas assez d’activité physique. Pour éviter tout risque de diabète, je conseillerai donc à Ibrahim de consommer moins de miel et plus largement de rééquilibrer son alimentation tout en augmentant son activité physique.

    Claire Hédon  On nous questionne aussi souvent sur les vertus du miel si l’on est diabétique. Peut-on réellement consommer un aliment sucré lorsque l’on est diabétique ?

    Stéphane Besançon  Il existe 2 grands types de sucres (que l’on appelle les glucides en nutrition). La première famille de glucides sont les sucres simples (appelés saccharose) que l’on retrouve dans le sucre blanc. C’est le sucre que l’on retrouve dans le miel mais aussi celui qui sert à fabriquer des bonbons ou que l’on ajoute à son café. La deuxième famille est composée des sucres complexes (appelés amidon) que l’on retrouve dans le pain, les céréales (fonio, sorgho, mil, riz…), le manioc, la pomme de terre ou l’igname.

    Même si l'on est diabétique, il est donc quasiment impossible de ne jamais manger de sucre. Il faut toutefois savoir choisir les sucres en privilégiant les sucres complexes qui jouent un rôle central pour notre corps en étant la principale source d’énergie de notre organisme.
    Il est recommandé aux patients diabétiques de consommer 250 à 500 g de glucides complexes par jour issus de céréales comme le mil, le fonio, le riz ou des racines comme le manioc ou encore des tubercules comme l’igname.

    Claire Hédon : Qu’en est- il de la consommation de sucres simples et donc du miel ?

    Nos auditeurs, qui sont atteints de diabète, doivent réduire au maximum la consommation d’aliments riches en sucres simples comme le sucre blanc, les confiseries ou encore le miel. La recommandation actuelle aujourd’hui est d’en consommer au maximum 50g par jour (ce qui représente approximative 10 petites cuillères ou 3,5 cuillères à soupe). C’est une recommandation importante dans la mesure où ces aliments ont la propriété de faire monter très rapidement la glycémie.

    Cependant, lorsque l’on doit choisir les 50g de sucres simples à consommer, mieux vaut consommer du miel que du sucre de table ou des confiseries sucrées. En effet, le miel :
    - Contrairement au sucre blanc, contient du glucose mais aussi du fructose qui va lui procurer un index glycémique plus faible que celui du sucre blanc ;
    - Contrairement aux confiseries sucrées, le miel ne contient pas de graisses ce qui est très important en cas de diabète.

    En conclusion, il faut mieux remplacer les sucres simples industrialisés par du miel mais en respectant les consignes sur les consommations maximum de sucres simples.

    Pour poursuivre les échanges sur cette chronique rendez-vous sur :

    https://twitter.com/StephBesancon
    https://www.facebook.com/pages/ONG-Santé-Diabète/145164382217690
     

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.