GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Santé: la tuberculose, une maladie meurtrière et pourtant négligée

    media Un médecin analyse une radio des poumons dans une clinique d'un quartier défavorisé de Lima, au Pérou, en 2015. Cris BOURONCLE / AFP

    Ce vendredi 24 mars a lieu la journée mondiale de lutte contre la tuberculose. C’est la maladie infectieuse la plus meurtrière au monde. La tuberculose a tué en 2016 près de 1,5 million de personnes, plus que le Sida, qui occupait jusqu’alors la première place de ce podium funeste. Pourtant, contrairement au Sida, la tuberculose est une maladie négligée.

    Un vaccin pas très efficace, vieux d’un siècle. Et des traitements des années 70, qui se prennent sur six mois. Le diagnostic est sans appel : la recherche a délaissé la tuberculose.

    La raison peut paraître cynique : c’est essentiellement une maladie des pays pauvres. Dans les pays les plus riches, elle a quasiment disparu. En revanche, ailleurs, elle fait des ravages, comme en Asie, Inde en tête, ou dans des pays d’Afrique tels la RDC ou l’Afrique du Sud.

    La maladie est contagieuse : plus les conditions de vie sont difficiles, avec une grande promiscuité, plus facile sera sa propagation, via la toux notamment. La malnutrition et les pathologies qui affaiblissent le système immunitaire, comme le Sida, font aussi le lit de la tuberculose.

    Il y a une quinzaine d’années, la communauté internationale a commencé à réagir et l’argent à arriver pour diffuser les traitements. La maladie est moins négligée.

    Du côté de la recherche aussi, il y a des signes positifs : des tests diagnostiques plus performants ont vu le jour récemment. Ainsi que deux nouvelles molécules. Plus que jamais, il y a urgence : des formes de tuberculose résistantes aux antibiotiques les plus courants sont apparues ; des formes donc très difficiles à soigner.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.