GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 23 Mai
Jeudi 24 Mai
Vendredi 25 Mai
Samedi 26 Mai
Aujourd'hui
Lundi 28 Mai
Mardi 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Journée mondiale de l'asthme, une maladie (trop) souvent sous-estimée

    media Les crises d'asthme peuvent être produites par trop d'exercice physique, des allergies ou l'humidité du climat. Getty Images/Ian Hooton/SPL

    A l'occasion de la Journée mondiale de l'asthme ce mardi 2 mai, zoom sur cette maladie respiratoire qui touche tous les continents de la planète. L'asthme peut être dû à la pollution, à l'allergie à la végétation ou à une transmission héréditaire. Près de 5% de la population mondiale serait touchée avec, dans la plupart des cas, des crises passagères. Du coup, sa gravité est bien souvent sous-estimée.

    Les médecins sont les premiers à faire leur mea culpa. Car avec plus de prévention, s'ils alertaient plus les familles sur les dangers de l'asthme, il y aurait moins de morts et moins d'argent dépensé. L'Organisation mondiale de la santé estime que toutes dépenses réunies – médicaments traitements lourds et absentéisme – l'asthme serait une maladie aussi coûteuse que la tuberculose et le sida. Et si cette année, cette journée mondiale se concentre sur l'adolescent, c'est que la régularité du traitement est une priorité.

    Le docteur Patrick Rufin, pneumologue à Paris, peut en témoigner. Il cite un exemple classique auquel il a été confronté. « Un garçon de 17 ans [que] je n'avais pas vu depuis deux ans, a arrêté son traitement, se disant qu'il allait parfaitement bien, qu'il faisait du sport... Effectivement il ne sentait pas grand-chose. Je l'ai vu il y a quelques jours et j'ai découvert un trouble ventilatoire obstructif énorme. Ça veut dire qu'il respirait très mal, avec moins de 40% du poumon. Si on laisse, le coeur doit compenser », explique le médecin. Car cette pathologie entraîne alors une augmentation de la fréquence cardiaque, voire un risque à terme d'arrêt cardiaque.

    Les pollens, la pollution de l'air et le passage à une vie de nature à une vie confinée comptent parmi les premières causes d'asthme dans le monde avec l'Océanie et la Grande-Bretagne en tête des régions concernées.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.