GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 18 Juillet
Mercredi 19 Juillet
Jeudi 20 Juillet
Vendredi 21 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 23 Juillet
Lundi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Les porteurs du VIH traités ont la même espérance de vie que n'importe qui

    media Les trithérapies, arrivées sur le marché au milieu des années 1990, combinent un minimum de trois médicaments pour bloquer la réplication du VIH. Flickr, andrew_stevens_h

    L'espérance de vie pour les personnes infectées par le virus du sida a progressé de 10 ans aux Etats-Unis et en Europe depuis l’arrivée des trithérapies. Une étude du journal scientifique «The Lancet» publiée ce jeudi 11 mai précise que les patients porteurs du VIH ont désormais la même espérance de vie que la population générale.

    Les combinaisons d’antirétroviraux sont arrivés sur le marché dans les années 1990. Utilisées dans les pays du Nord, elles ont largement contribué au recul du sida. Selon les auteurs de l'étude parue dans le journal médical The Lancet, ces progrès sont liés au développement d'associations médicamenteuse moins toxiques, d'un choix de traitement plus large pour les personnes infectées par des souches résistantes du virus et d'une meilleure observance des protocoles de soins.

    Les scientifiques ont ainsi pu établir qu'entre 1996 et 2013, l'espérance de vie des patients touchés par le virus du sida âgés de 20 ans a augmenté de neuf ans pour les femmes et de dix ans pour les hommes dans l'Union européenne et aux Etats-Unis.

    En conséquence, les associations de lutte contre le sida ont été amenées à réorganiser leur façon de travailler. «Une fois les trithérapies arrivées, cela a permis aux personnes de ne plus rester chez elles, pour celles qui à cause de la séropositivité et en l’absence de traitement, étaient handicapées et ne pouvaient plus aller travailler parce que le poids de la maladie les en empêchait. Une fois mises sous trithérapie, ça a complètement boosté leur vie. Elles ont pu repartir sur le marché du travail. Les structures qui accompagnent ces personnes se sont vues obligées aussi de revoir leur façon de travailler. Et donc on voyait déjà avec l’arrivée des trithérapies qu’il y avait une nette amélioration dans la vie des personnes », explique Ariel Jean Urbain, le président d'Afrique Arc-en-Ciel/Paris Ile-de-France.

    L’occasion de rappeler que pour être traité, il faut d’abord être dépisté. C’est ce que recommande l’Organisation mondiale de la Santé afin de démarrer le plus tôt possible un traitement.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.