GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Journal de bord de Thomas Pesquet: bientôt le retour sur Terre

    media Thomas Pesquet le 30 mai 2017 lors d'une interview, trois jours avant son retour sur Terre prévu le 2 juin. STR / EUROPEAN SPACE AGENCY / AFP

    L'astronaute Thomas Pesquet a décollé pour l'espace le 17 novembre 2016 et a rejoint la Station spatiale internationale (ISS) deux jours après. Son quotidien est consacré en très grande partie à la science. Durant les six mois de sa mission Proxima, il doit réaliser plus d'une centaine d'expériences. Tous les mois, Thomas Pesquet raconte à RFI sa vie en apesanteur et pour l'occasion, Radio France Internationale devient Radio France Interplanétaire ! Voici le sixième et dernier volet du journal de bord de Thomas Pesquet. A cette occasion, il répond aux auditeurs de RFI.

    Cela fait six mois maintenant que Thomas Pesquet est dans l'espace, à bord de la Station spatiale internationale (ISS). Mais sa mission Proxima touche à sa fin. Il doit en effet retrouver la Terre ce vendredi 2 juin. Pour ce dernier opus de son journal de bord sur RFI, nous avons donc sollicité les auditeurs de la « radio du monde » pour lui poser une question.

    « Comment voyez-vous l’avenir de la conquête spatiale ? », demande donc Habib Zébro, de Côte d’Ivoire. « L’avenir de la conquête spatiale, je le vois de près car j’y travaille ! » répond Thomas Pesquet. « Il y a plusieurs choses : d’abord l’orbite basse terrestre, où se trouve l’ISS. On l’a occupée, on l’a découverte, on l’a approfondie depuis quelques années déjà », explique l’astronaute français. « Maintenant, on a appris à vivre en orbite basse terrestre, cela fait quinze ans qu’il y a des gens dans la Station de manière permanente. »

    « Nous, les astronautes professionnels, on va aller de plus en plus loin. Derrière nous, ce territoire qu’on a défriché, il va être utilisé par des gens : des compagnies privées ont des projets de vols dans l’espace pour le tourisme, pour la recherche. Il y a des projets de mini-stations spatiales privées pour la recherche. Je pense que nous on va aller de plus en plus loin, on va explorer. L’idée, c’est d’aller là où personne n’est jamais allé, pour répondre à des questions fondamentales et scientifiques. Le but, c’est clairement d’aller sur Mars, on fera des étapes avant. Nous, les astronautes professionnels on travaillera à ça, et derrière l’espace s’ouvrira de plus en plus au grand public. »

    Seconde question : « Est-ce que la conquête spatiale ne stagne pas depuis quelque temps ? » Une interrogation qui a gentiment agacé Thomas Pesquet. « Non, je ne pense pas, c’est faux de dire ça ! », affirme-t-il. L’astronaute d’expliquer : « Les gens ne se rendent pas compte à quelle vitesse on progresse ! L’exploration spatiale c’est tout neuf, c’est un territoire qu’on a commencé à découvrir il y a 50 ans. 50 ans après la découverte de l’Amérique, il ne s’y était pas passé grand-chose. 50 ans après qu’on a commencé à se déplacer sur l’eau, est-ce qu’on avait des bateaux ultra-performants ? Non, ça a pris des centaines d’années. »

    « Nous, on va très vite en fait, les gens ne se rendent pas compte car maintenant on est un peu impatients, on veut voir les choses se faire non pas à l’échelle d’une génération, mais à l’échelle d’une, deux ou dix années. Alors que c’est compliqué d’aller dans l’espace ! On va très vite pourtant : depuis les débuts un peu balbutiants, on a fait une station dans l’espace. Les gens ne se rendent pas compte de ce que c’est de maintenir les gens dans l’espace, d’avoir quelque chose d’aussi grand, d’aussi complexe. C’est vraiment différent de ce qu’on faisait au début du spatial. Même les missions Apollo, c’était ponctuel. Certes c’était une performance d’aller sur la Lune, c’était loin. Mais on restait deux jours et on revenait immédiatement parce qu’on n’avait ni l’autonomie, ni les moyens pour y faire ce qu’on avait envie d’y faire. »

    Shane Kimbrough and Thomas Pesquet sont sortie dans l'espace, ce 13 janvier 2017. Courtesy NASA/Handout via REUTERS

    Thomas Pesquet évoque les missions Apollo et le premier pas de l’homme sur la Lune, c’était il y a plus de 40 ans. Aujourd’hui, Mars est dans toutes les têtes. Mais si l’on en croit l’astronaute français, ce n’est pas pour tout de suite, puisqu’une mission martienne sera nécessairement différente d’une mission lunaire : « On fait deux choses, on ne fait pas que de l’exploration. Si on ne faisait que de l’exploration en allant planter un drapeau, on pourrait aller plus loin et plus vite, mais ça ne servirait à rien. Nous ce qu’on fait, c’est d’essayer de se servir de l’exploration pour en même temps faire de la recherche et en faire bénéficier les gens. Ça ralentit forcément un peu notre exploration, mais c’est vertueux. Ceci dit, je pense que dans vingt ans, on verra des gens sur Mars. Et là, il ne faudra pas venir me dire que l’exploration spatiale elle va doucement ! »

    Une chose en tout cas n’est pas allée doucement : les six mois de la mission Proxima de Thomas Pesquet. Il va revenir sur Terre ce vendredi 2 juin, en compagnie de son collègue russe Oleg Novitski, après environ 200 jours passés dans l’espace. Vous pourrez bien sûr suivre tout ça sur l’antenne de RFI et rfi.fr !

    Écouter ce dernier journal de bord de Thomas Pesquet sur RFI

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.