GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
Dimanche 19 Août
Lundi 20 Août
Aujourd'hui
Mercredi 22 Août
Jeudi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Afrique

    L'Homo sapiens aurait 100000 ans de plus qu'estimé jusqu'à maintenant

    media Des crânes d'Homo sapiens (image d'illustration). MANDEL NGAN / AFP

    Une découverte d'os et d'outils humains au Maroc confirme l'étendue de la géographie de l'homme moderne. Jusqu'ici, les experts de la préhistoire parlaient des Homo sapiens comme originaires d'Afrique du Sud et de l'Est. Une équipe française apporte des éléments nouveaux. Leurs travaux sont publiés ce mercredi 7 juin dans la revue «—Nature—».

    Pour ceux qui ont du mal avec l'échelle du temps, il faut imaginer ces bouts de crâne et d'outils tranchants dans une Afrique où le Sahara n'existait pas : l'Afrique d'il y a 300 000 ans. Le continent à l'époque était parsemé de prairies et de savanes gigantesques. Un paysage unifié pour des populations qu'on croyait jusqu'ici concentrées au sud et à l'est de l'Afrique.

    En fouillant au Maroc, le français Jean-Jacques Hublin prouve ce dont il était persuadé : l'homme moderne, l'Homo sapiens qui sait se servir d'outils, se déplacer et contenir le feu, est apparu au nord comme au sud en même temps.

    « Au-delà de 300 000 ans »

    « Nous savons depuis longtemps que l’Afrique est notre terre d’origine. Avec les découverts de Jebel Irhoud, on se rend compte que l’histoire de notre espèce en Afrique est beaucoup plus longue et ancienne que ce qu’on croyait. On va au-delà de 300 000 ans », explique le paléoanthropologue.

    « Ensuite, ce n’est pas l’Afrique de l’Est qui est l'endroit où on a les traces les plus anciennes de notre espèce, c’est l’Afrique du Nord, le Maghreb. En même temps, ça ne veut pas dire que le Maghreb est le berceau de l’humanité. Ça veut simplement dire qu’en fait, ça se passe un peu partout. Ça se passe en Afrique de l’Est, ça se passe au Maghreb, ça se passe en Afrique du Sud. »

    Le chercheur estime que cette découverte « change considérablement notre compréhension du lieu et de la date d’origine de notre espèce. » Le site de Jebel Irhoud n'avait pas été choisi au hasard. Dans les années 1960, des os primitifs d'hommes de Néandertal y avaient déjà été retrouvés.

    Jusqu’ici les ossements les plus anciens avaient été découverts en Ethiopie et en Afrique du Sud. Cela signifie que l’Homo sapiens a beaucoup voyagé. De nouvelles perspectives s’ouvrent pour les chercheurs qui regardent désormais vers l’Afrique centrale et l’Afrique de l’Ouest. Ils espèrent y trouver des traces encore plus anciennes de nos ancêtres, pouvant remonter jusqu’à 500 000 ans.

    On a un cadre qui se précise, mais le cadre nécessite de grands remplissages.
    Pascal Picq Paléoanthropologue, maître de conférences au Collège de France 07/06/2017 - par Carol Valade Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.