GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Un convoi de Mox acheminé par Areva vers le Japon sous haute surveillance

    media L'ONG Greenpeace s'est manifestée au passage du convoi acheminant le Mox, un combustible radioactif, de l'usine de La Hague vers le port de Cherbourg d'où il partira pour le Japon par bateau ce mercredi 5 juillet. CHARLY TRIBALLEAU/AFP

    Pour la sixième fois depuis 1999, le géant français du nucléaire Areva expédie ce mercredi 5 juillet par bateau 8 tonnes de Mox, un combustible nucléaire, à destination du Japon. Le combustible a été acheminé ce mercredi matin de l'usine de La Hague dans le port de Cherbourg où il est chargé à bord de deux navires spéciaux. Des convois sous haute surveillance.

    Le Mox est un combustible nucléaire qui mélange de l’uranium appauvri et du plutonium. Le plutonium, extrêmement toxique, est un sous-produit du fonctionnement des centrales nucléaires ou de la fabrication d’armes nucléaires. Normalement absent à l’état naturel, il est beaucoup plus radioactif que l’uranium et s’enflamme bien plus vite, deux raisons qui le rendent très dangereux.

    Le convoi de Mox qui prend la mer ce mercredi serait destiné au réacteur n°4 de la centrale de Takahama, selon Greenpeace. Mise à l’arrêt après la catastrophe de Fukushima, elle a redémarré fin juin.

    Manifestations interdites

    Parti de l’usine de Beaumont-Hague dans la Manche, le Mox a été acheminé tôt ce mercredi matin au port de Cherbourg, distant d'une vingtaine de kilomètres, en camion et sous haute surveillance. Il doit être embarqué à bord de deux navires britanniques spécialisés, le Pacific Egret et le Pacific Heron, qui atteindront le Japon dans quelque 65 jours.

    Pour les ONG écologistes, ce sixième transport de matières ultra-radioactives est non seulement dangereux en cas d’accident, mais il pourrait aussi être victime d’un détournement à des fins militaires, dans la mesure où le plutonium est utilisé dans la fabrication de bombes atomiques. Mais pour le vendeur, Areva, les conditions de sécurité pendant le transport sont assurées : le combustible radioactif est sérieusement emballé et les deux navires lourdement armés.

    Le président du tribunal de grande instance de Cherbourg a pris une ordonnance interdisant aux manifestants de s'approcher à moins de 250 mètres du convoi sur route, 300 mètres du bateau à quai et 500 mètres du convoi lorsqu'il sera en mer, rapporte l'Areva. Des militants de Greenpeace, organisation de défense de l'environnement, se sont manifestés au passage du convoi, déployant des banderoles « Stop au plutonium ».

    Le Mox sera transporté par bateau depuis le port de Cherbourg, pour atteindre le Japon dans 65 jours. Sur la photo, le «Pacific Heron» au port de Cherbourg en 2010 (photo d'illustration). JEAN-PAUL BARBIER / AFP

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.