GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Décembre
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Sciences: Venus, le petit satellite qui observe l’environnement

    media Le satellite Venus d'observation environnementale. Robin SARIAN / CNES / AFP

    Le satellite franco-israélien Venus, dédié à l'observation environnementale de la Terre, a décollé dans la nuit du mardi au mercredi depuis le port spatial de Kourou en Guyane. C’est un microsatellite de démonstration dont le but est de valider des technologies et des méthodes qui pourront servir à l'avenir pour des missions similaires.

    Cent millions d'euros pour un engin de 288 kilos. Venus est ce que l'on appelle un micro satellite quick and cheap comme on dit dans le jargon, soit « rapide et pas cher » pour une mission de démonstration. « Venus va prendre des images tous les deux jours en comparant ces images dès que quelque chose va bouger au niveau du sol du fait de l’activité humaine, du fait de la végétation, du fait de la fonte des glaciers. Toute modification sur le sol va apparaitre spontanément », explique à RFI Pierrick Ferrié, chef de projet de la mission à l'Agence spatiale française.

    Quels résultats ?

    La nouveauté, c'est cette période de deux jours. C'est la première fois qu'un satellite offre un tel taux de revisite qui permet de suivre précisément ces évolutions environnementales. Gérard Dedieu, du centre d'études spatiales de la biosphère précise : « On cherche à apprendre quel est le meilleur compromis entre des systèmes très complexes, très coûteux et des systèmes plus simples qui répondraient à des besoins de gestion de ressources naturelles mais aussi de meilleures compréhensions du cycle du carbone et du changement climatique ».

    Est-ce que les données récoltées par un satellite moins cher, qui n'est pas à la pointe de la technologie, sont suffisantes ? Venus veut répondre par l'affirmative en suivant fréquemment l'évolution des sols.

    Réponse dans deux ans à la fin de la mission.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.