GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
Vendredi 24 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 26 Novembre
Lundi 27 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Grossesse et sport

    ©DR

    Claire Hédon :  « Dr Sène, vous nous expliquez régulièrement les nombreux bienfaits reconnus de l'activité physique. Aujourd’hui vous allez nous dire si ces activités sont possibles chez la femme lorsqu’elle est enceinte. Est ce bénéfique ? »

    Dr Jean-Marc Sène, médecin du sport et médecin de l'équipe nationale de judo :

    Plusieurs études récentes vont dans le sens d’un effet bénéfique de la pratique d’une activité physique au cours de la grossesse.
    En cas de grossesse normale, si une activité physique est bien adaptée et pratiquée en douceur (modérée en intensité), cela limite les risques de complications et apporte détente et bonne forme physique.
    Les études montrent de nombreux effets positifs de l’activité physique sur :
    - Le contrôle du poids et la condition physique.
    - l’humeur, le bien-être et l’état d’anxiété.
    - les nausées,
    - le diabète gestationnel,
    - la douleur, la fatigue et la constipation.

    Claire Hédon :
    Quelles précautions prendre ou quelles activités à éviter ?

    Jean-Marc Sène :
    Avant toute chose, vous devez obligatoirement consulter votre médecin, votre gynécologue ou la sage-femme qui suit votre grossesse pour vérifier que votre activité sportive habituelle n'est pas contre-indiquée.
    De manière générale, en terme de fréquence, il est déconseillé de réaliser deux jours de suite des activités physiques d’intensité élevée. Plutôt favoriser des activités physiques douces. Pour vérifier cela, vous devez être capable de pouvoir parler pendant toute la durée de l'effort. N'allez pas au-delà de vos limites : dès que vous sentez un quelconque essoufflement, sachez ralentir !

    A partir du 5e mois de grossesse, il faut éviter le vélo et la course à pied.Certains sports sont formellement déconseillés et ce, dès le début de la grossesse.
    A savoir, tous les sports susceptibles de provoquer des secousses, des chocs, des chutes et de la fatigue: des sports de combat (judo, aïkido…), l'équitation, le ski alpin, le ski nautique, le patinage, l'aérobic, l'escalade, l'athlétisme, les sports d'équipe (volley-ball, hand-ball, basket…), roller, moto, VTT, etc.
    La plongée sous-marine doit être évitée pendant la période de grossesse dans la mesure où le fœtus est soumis à un risque accru lié aux phénomènes de décompression.

     

     

    Claire Hédon :

    Quelles activités sont préférables ? Et en pratique comment faire ?

    Jean-Marc Sène :

    Pour les femmes déjà sportives avant la grossesse, il est préférable de réduire l’activité physique habituelle tout en maintenant des activités douces et de renforcement musculaires permettant de conserver une bonne condition physique.

    Pour les femmes non sportives avant la grossesse, une incitation à la pratique d’activité physique légère est souhaitable mais sans programmes exigeants. Il est conseillé de commencer par 15 minutes d’exercices continue, 3 fois par semaine pouvant aller jusqu’à 30 minutes d’exercices continues 4 fois par semaine.

    La marche et la natation sont les deux activités particulièrement conseillées pendant la grossesse.
    Avec la marche, on peut facilement doser ses efforts en adaptant la durée et la difficulté de la marche. En fin de grossesse, il faut ralentir et multiplier les pauses. Il faut  de bonnes chaussures qui maintiennent les chevilles, et éviter les terrains accidentés (risque de chute) et veiller à maintenir son dos bien droit (le centre de gravité se modifie au fur et à mesure de l'avancée de la grossesse).

    La natation tonifie les muscles et assouplit les articulations. Elle soulage les problèmes veineux et les lombaires.
    Évidemment, il ne faut pas plonger, ne pas faire d'apnée prolongée ni de compétition.  le dos crawlé est à privilégier (la brasse tend à creuser les lombaires et à accentuer les douleurs dorsales).
    A noter que l'aquagym et les préparations à l'accouchement en piscine sont d'excellentes activités.

    Parmi les autres sports possibles : la gym douce (étirements, assouplissements, relaxation), le stretching, le yoga, la danse classique ou rythmique à condition de ralentir le rythme et de supprimer les sauts, la bicyclette avec modération sur route tranquille et stable.

    Si vous suivez tous ces conseils, vous devriez pouvoir vivre une grossesse sportive en toute sécurité !
     

    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.