GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 13 Novembre
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie/chimique: vote vendredi de l'ONU sur une prolongation d'un mois du mandat des enquêteurs (diplomates)
    • Le maire de Caracas, en fuite du Venezuela, va partir en Espagne (porte-parole)
    • Zimbabwe: la plupart des sections régionales du parti au pouvoir demandent à Mugabe de partir (TV d'Etat)
    • Syrie: 26 morts dans un attentat de l'EI contre des déplacés (OSDH)
    Science

    Associés, les perturbateurs endocriniens sont bien plus dangereux selon l'Inserm

    media Les chercheurs ont testé des mélanges de molécules sur des cultures de cellules qu'ils avaient prélevées sur le testicule fœtal humain. Flickr/ Denis-Carl Robidoux

    On parle beaucoup ces derniers temps des perturbateurs endocriniens, ces molécules qui agissent sur l'équilibre hormonal. Pour la première fois, des chercheurs ont démontré ce qu’on appelle « l’effet cocktail » ; être exposé à plusieurs substances augmente considérablement leur dangerosité. Et cela concerne surtout les fœtus.

    L'effet cocktail, c'est mille fois plus de risques dans certains cas. C'est une équipe de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) qui est arrivée à ce résultat.

    Les chercheurs ont testé des mélanges de molécules sur des cultures de cellules qu'ils avaient prélevées sur le testicule fœtal humain. Et voilà, les garçons à naître courent des risques importants pour leurs appareils génitaux et reproducteurs.

    Ces molécules aux propriétés perturbatrices endocriniennes sont contenues dans des médicaments, dans des pesticides ou encore dans des produits d'usage « socio-culturel ». En clair : l'alcool et la caféine, entre autres.

    Les scientifiques ont choisi onze molécules, avec lesquelles ils ont concocté quatre mélanges littéralement explosifs. Les dangers seraient entre dix et mille fois plus importants si la femme enceinte est exposée simultanément à plusieurs de ces substances.

    Reste maintenant à intensifier la recherche pour pouvoir, à terme, empêcher les femmes enceintes d'être exposées à des mélanges dangereux. Et à mener une véritable politique pour bannir les perturbateurs endocriniens de l'environnement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.