GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Liban: Hariri affirme être «en route pour l'aéroport» pour quitter Ryad (tweet)
    • Syrie/chimique: vote vendredi de l'ONU sur une prolongation d'un mois du mandat des enquêteurs (diplomates)
    • Le maire de Caracas, en fuite du Venezuela, va partir en Espagne (porte-parole)
    • Zimbabwe: la plupart des sections régionales du parti au pouvoir demandent à Mugabe de partir (TV d'Etat)
    Science

    Climat: concentration record de CO2 dans l'atmosphère

    media La sécheresse causée par le phénomène El Nino dans le nord du Somaliland, en avril 2016. REUTERS/Feisal Omar/File Photo

    C'est une nouvelle confirmation, s'il en fallait une, du réchauffement climatique. L'année 2016 a battu le record de dioxyde de carbone dans l'atmosphère. C'est l'Organisation météorologique mondiale (OMM) qui l'affirme dans son rapport annuel sur les gaz à effet de serre paru ce lundi 30 octobre 2017. Il faut remonter à 3 millions d'années en arrière pour retrouver un tel niveau.

    Il y a toujours plus de CO2 dans l'atmosphère et 2016 a marqué un nouveau pic. En cause, les activités humaines très émettrices de ce gaz à effet de serre sur lesquelles s'est rajouté un phénomène naturel.

    2016 a en effet connu un très fort épisode de El Niño. Un événement climatique qui survient tous les 5 ans environ, synonyme de hausse de température de l'océan Pacifique.

    Résultat, aujourd'hui la quantité de dioxyde de carbone dans l'atmosphère est plus de deux fois supérieure à celle d'avant la période industrielle au XVIIIe siècle et il faut remonter à 3 millions d'années en arrière pour retrouver de tels niveaux.

    Le problème, c'est que même avec des mesures de limitation des émissions humaines, il faudra du temps, beaucoup de temps, avant que les niveaux de CO2 ne diminuent. Il s'agit en effet d'un gaz qui a une longue durée de vie, plusieurs siècles dans l'air, encore plus lorsqu'il est dissous dans les océans.

    Mécaniquement, l'Organisation météorologique mondiale le pointe : à l'avenir, la température sera nettement plus élevée et les phénomènes climatiques plus extrêmes. Selon elle, on peut encore limiter la casse, ne manque que la volonté politique.

    ► (Re) lire : Le changement climatique, une urgence depuis bientôt trente ans

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.