GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Décembre
Dimanche 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La cour d'assises ordonne le renvoi du procès de Georges Tron «à une session ultérieure»
    • Collision de Millas: le pronostic vital de six victimes encore engagé (procureur)
    • Trois Palestiniens tués par des tirs israéliens dans les Territoires
    • Pays-Bas: la police militaire tire sur un homme armé d'un couteau à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol (police)
    • Réforme de la zone euro: Angela Merkel et Emmanuel Macron veulent atteindre une position commune en mars 2018
    Science

    Le bio pourrait nourrir la planète entière d'ici 2050, selon une étude

    media Adonis Diamantis, maraïcher bio dans le Péloponnèse en Grèce. RFI / François-Damien Bourgery

    Selon une étude publiée dans la revue scientifique Nature Communications, l’agriculture biologique serait en mesure de nourrir la population mondiale d’ici 2050, que l'ONU estime à 9,8 milliards d'individus.

    Alors qu'il représente 1 % de la surface agricole dans le monde, le bio ne serait pas forcément voué à la marginalité. L’analyse des chercheurs détonne. Alors qu'on pourrait croire qu’une agriculture plus intensive est indispensable pour nourrir une population mondiale qui ne cesse de croître, les auteurs de l’étude (en anglais), arguments et calculs scientifiques à l'appui, démontrent l'inverse.

    Certes, le mode de culture bio, qui se passe de produits chimiques, a un rendement inférieur à l’agriculture conventionnelle. Il faudrait donc plus de terres cultivables. Mais d’après les chercheurs, il existe des moyens de compenser : réduire le gaspillage alimentaire, qui représente 30 % des aliments, et consommer moins de protéines animales (viande, lait, etc.). Une partie des terres dévolues à la nourriture du bétail pourrait ainsi être utilisée pour nourrir les humains.

    Une agriculture 100 % bio aurait des conséquences bénéfiques sur la santé de la population, mais aussi sur l’environnement. Les sols et la biodiversité seraient préservés, tandis que les émissions de gaz à effet de serre, en particulier le méthane exhalé par les bovins, seraient réduites.

    Mais produire bio coûte plus cher. Les paysans arriveraient-ils à tirer un revenu convenable ? Les consommateurs pourraient-ils payer plus ? Quel équilibre trouver entre les deux ? Le choix du tout bio a beau être réalisable, selon les chercheurs, c’est en dernier ressort aux responsables politiques et à la société tout entière que revient cette décision.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.