GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Août
Jeudi 16 Août
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
Aujourd'hui
Lundi 20 Août
Mardi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    La consommation excessive d’anti-inflammatoires chez les sportifs

    media  
    ibuprofen ©pixabay

    Avaler un anti-inflammatoire juste avant de faire du sport dans l’espoir d’atténuer la douleur n’est pas si rare dans la population sportive, mais est ce vraiment une bonne idée ?

    Dr Jean-Marc Sène, médecin du sport et médecin de l'équipe de France de judo :

    En effet Igor, les anti-inflammatoires sont trop largement utilisés dans le milieu du sport. Dans certaines disciplines près de la moitié des athlètes en prennent régulièrement. Mais cela ne touche pas que le sport de haut niveau, dans la population générale les anti-inflammatoires que sont l’ibuprofène, le kétoprofène et autres aspirine sont également très largement utilisés en auto-médication. Parfois même plusieurs substances sont consommées de façon concomitante.

    Les motivations des sportifs varient : les effets anti-douleur, voire d’amélioration de performance sont recherchés le plus souvent.

    Ces médicaments sont utilisés sans réel contrôle du fait de la possibilité de les obtenir sans ordonnance et qu’ils ne figurent pas sur la liste des produits interdits édictée chaque année par l’Agence Mondiale Antidopage (AMA).

    Ainsi la consommation est 2 à 4 fois plus importante dans la population sportive toutes catégories confondues que dans la population générale.

     

    Ces prises médicamenteuses sont-elles toujours justifiées ? Y a t’il des effets secondaires ?

     

    Dr Jean-Marc Sène :

     

    Malheureusement, les indications médicales strictes justifiant la prise d’anti-inflammatoires sont rares.

    Les athlètes ne sont le plus souvent pas conscients de leurs effets secondaires qui ne  sont pourtant pas négligeables !

    Sur le plan digestif, la toxicité gastrique et intestinale des anti-inflammatoires apparait particulièrement lors d’une prise chronique, sous forme d’ulcères ou de saignements digestifs. Même de petites doses d’anti-inflammatoires (Ex 2 x 400 mg d’ibuprofen), peuvent majorer de façon significative les lésions intestinales secondaires à une activité sportive intense.

    Il a également été décrit dans les sports de contact, un risque accru d’hématome lors de la prise de ces médicaments. Comprenons que le mécanisme d’action principal de ces substances est une inhibition de la réponse inflammatoire. Comme cette dernière participe au processus de cicatrisation après une blessure, la guérison s’en trouve par ce fait altérée.

    Mais l’atteinte rénale aussi ne doit pas être négligée : En effet, il existe une déshydratation induite par l’exercice, notamment en atmosphère chaude ou bien lorsque l’effort est de longue durée. Cette déshydratation s’accompagne d’une atteinte rénale que les anti-inflammatoires peuvent aggraver fortement, au point même d’être à l’origine d’hospitalisation.

    Enfin, à doses élevées et en cas de prise sur de longues périodes, les anti-inflammatoires sont impliqués dans la survenue d’accidents cardio-vasculaires graves : accidents coronariens aigus, infarctus du myocarde, accidents vasculaires cérébraux.

     

    Tout cela est inquiétant Dr Sène, alors quels conseils donnez vous aux auditeurs ?

     

    Dr Jean-Marc Sène :

     

    Quelques points sont à retenir par chaque sportif et son entourage à qui il appartient de lutter contre ces abus:

    Ce n’est pas parce qu’un médicament est en vente libre ou qu’il n’apparaît pas sur la liste des produits interdits par l’Agence Mondiale Antidopage qu’il n’est pas dangereux pour la santé.

    Ne pas oublier qu’en cas de blessure les secrets du retour à la performance sont :

    un diagnostic précis,

    un traitement et une rééducation adaptés,

    le respect des délais de cicatrisation et de reprise sportive,

    Si vous devez utiliser des anti-inflammatoires pour poursuivre un entraînement adapté, ne prenez le traitement que pendant une période courte de quelques jours. Au delà il faut consulter de préférence un médecin du sport.

    Si vous suivez ces conseils et évitez l’excès d’automédication, vous devriez pouvoir profiter de votre sport favori sans trop de désagrément.

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.