GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Science

    CancerSEEK, un test sanguin prometteur pour détecter les cancers précoces

    media Une infirmière effectue une prise de sang. (Image d'illustration) BORIS HORVAT / AFP

    La détection précoce des cancers est la clé pour en réduire la mortalité. Les chercheurs de l’université John Hopkins, à Baltimore dans le Maryland, ont mis au point un test sanguin, appelé « CancerSEEK », ou « chercheur de cancer », capable de détecter huit types de cancers avant qu’ils ne se déclarent, permettant ainsi de les soigner tant qu’il est encore temps.

    La plupart des cancers localisés peuvent être soignés par la chirurgie sans traitement systémique comme l’immunothérapie ou les médicaments cytotoxiques (qui bloquent la prolifération des cellules cancéreuses par chimiothérapies), mais quand ils se sont répandus dans l’organisme en produisant des métastases, la chirurgie suffit rarement. L’un des principaux enjeux de la recherche contre le cancer est donc de diagnostiquer la maladie avant son extension.

    Pour un certain nombre de cancers chez l’adulte, il faut 20 à 30 ans pour que les lésions progressent jusqu’au dernier stade, et c’est seulement pendant les dernières années que les cellules cancéreuses donnent naissance à des métastases. Il y a donc une longue période pendant laquelle la détection est possible.

    La détection précoce : un enjeu majeur de la recherche

    Quand le phénomène de métastases commence à apparaître sans être visible sur les radios, 50 % des cancers peuvent encore être guéris avec des thérapies systémiques. Mais une fois que les tumeurs de métastases sont formées, les thérapies habituelles sont rarement efficaces.

    Les tests de détection qui existent actuellement comme la coloscopie ou la mammographie ne s’intéressent chacun qu’à un seul type de cancer, et le seul test sanguin est celui du cancer de la prostate.

    CancerSEEK est un nouveau test sanguin, qui combine la recherche d’altérations génétiques – les cellules cancéreuses qui prolifèrent ont un patrimoine génétique altéré – et dose la quantité de huit protéines. Ce test a non seulement la capacité de détecter les cancers à un stade précoce, mais également de localiser l’organe touché.

    Une étude concluante

    CancerSEEK a été appliqué à 1 005 patients ayant des cancers diagnostiqués mais non métastasés. Huit types de cancers, représentant 60 % de la mortalité cancéreuse aux Etats Unis en 2017, sont concernés : les cancers de l’ovaire, du foie, du pancréas, du colorectum, des poumons et du sein, et le test CancerSEEK a rendu une moyenne de 70 % de diagnostics positifs, allant de 33 % pour le cancer du sein à 98 % pour le cancer de l’ovaire.

    L’un des résultats les plus probants est la possibilité de détecter certains cancers à des stades très peu évolués. Le test obtient 100 % de détection du cancer du foie au stade 1, mais seulement 20 % à ce stade pour le cancer de l’œsophage. Pour 83 % des patients, CancerSeek a permis de localiser la zone où se trouve la tumeur.

    Un test au prix abordable

    Les auteurs de l’étude estiment qu’il est possible de concevoir un test sanguin unique, capable de détecter plusieurs types de cancers, pour un coût inférieur à 500 dollars, un coût comparable à celui d’un test de détection d’un cancer unique comme une coloscopie.

    Pour démontrer l’utilité clinique de CancerSEEK et sa capacité à pouvoir effectivement sauver des vies, des études prospectives sur l’incidence de ces cancers dans une vaste population seront nécessaires.

    Pour en savoir plus: l'article de la revue scicentifqiue Science (en anglais)

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.