GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Février
Mercredi 14 Février
Jeudi 15 Février
Vendredi 16 Février
Aujourd'hui
Dimanche 18 Février
Lundi 19 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Science

    Sclérose en plaques: les femmes deux fois plus touchées

    media Scanner du cerveau d'un patient atteint de sclérose en plaques. © BSIP/UIG Via Getty Images

    Du nouveau dans la recherche sur la sclérose en plaques : cette maladie inflammatoire qui attaque le système nerveux central concerne deux fois plus les femmes que les hommes. Et c’est cette particularité qu’une étude publiée par l’Académie américaine des sciences vient de montrer grâce à des expériences sur des souris.

    La maladie attaque notre organisme en détruisant la myéline, une sorte de gaine graisseuse qui isole et protège les neurones. Les chercheurs ont découvert une molécule qui agit de façon originale grâce aux hormones et particulièrement la testostérone afin de favoriser la remyélinisation, c’est-à-dire la reconstitution de cette gaine déficiente qui ne se fabrique normalement que pendant l’enfance.

    Des conclusions que connaît le Pr Jérôme de Sèze grâce à des travaux réalisés sur ce sujet il y a quelques années. Il est spécialiste de la sclérose en plaques dans une unité Inserm de Strasbourg.  

    « Les résultats et les conclusions sont assez proches. Cette équipe a travaillé chez la souris et nous nous avions travaillé chez le rat. Et nous avions montré également grâce à des IRM que nous arrivions à favoriser la fabrication et la régénérescence de cette gaine. Et nous sommes d’ailleurs en train de passer chez l’homme. Nous allons commencer un essai de phase précoce, de preuve de concept des sujets atteints de sclérose en plaques avec une molécule qui stimule la sécrétion de testostérone », explique le spécialiste.

    Une perspective intéressante, car le passage de la souris à l’homme est souvent très compliqué. Des travaux en cours donc qui pourraient porter leurs fruits d’ici 2 à 3 ans.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.