GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Mai
Vendredi 18 Mai
Samedi 19 Mai
Dimanche 20 Mai
Aujourd'hui
Mardi 22 Mai
Mercredi 23 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Traiter le cancer en utilisant le système immunitaire

    media Représentation de cellules cancéreuses. © iStockphoto

    On connaît malheureusement tous la chimiothérapie utilisée dans le traitement des cancers, avec son lot d'effets secondaires indésirables. Mais il existe une autre méthode, encore balbutiante, dans laquelle les chercheurs placent beaucoup d'espoirs : l'immunothérapie. Une équipe de Stanford aux Etats-Unis vient de publier une étude dans la revue Science Translational Medicine dans laquelle ils montrent comment ils ont réussi à éliminer des tumeurs chez la souris en utilisant cette nouvelle technique.

    La chimiothérapie utilise des médicaments pour traiter les cancers, l’immunothérapie, elle, comme son nom l'indique, fait appel à notre système immunitaire lui-même. En l'occurrence, le but, c'est de le stimuler.

    Il y a plusieurs façons de le faire, mais ça reste aujourd'hui encore à améliorer, car ce n'est pas sans effets secondaires. L'équipe de Stanford derrière cette étude est a priori parvenue à s'affranchir de ces écueils.

    Quand une tumeur se développe, elle a des caractéristiques bien particulières. Certaines de nos cellules immunitaires se spécialisent alors pour contre attaquer. Elles pénètrent cette tumeur, et celle-ci uniquement. C'est efficace au début, mais la tumeur grossissant elle arrive à neutraliser ces cellules immunitaires, et celles-ci se retrouvent coincées à l'intérieur, inoffensives.

    L'idée c'est donc d'injecter un produit, directement dans la tumeur, pour stimuler ces cellules et qu'elles recommencent à attaquer le cancer. C'est ce qu'on réussit à faire ces chercheurs. Chez la souris, les tumeurs ont disparu chez 87 des 90 rongeurs traités.

    Ceci dit, entre la souris et l'humain, il y a évidemment quelques différences. C'est pour cette raison que des essais cliniques sont nécessaires. L'un d'entre eux est justement en train de débuter avec 15 patients atteints d'un lymphome peu agressif.

    Les résultats de cet essai donneront alors une première idée de l'efficacité de cette méthode chez l'homme.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.