GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 22 Juillet
Lundi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Environnement: la pêche exploite aujourd'hui 55% de la surface océanique

    media Capture d'écran sur le site de l'ONG américaine Global Fishing Watch. http://globalfishingwatch.org/map

    C'est une étude publiée dans la revue Science très alarmante : 55% de la surface océanique mondiale serait exploitée par de grands chalutiers de pêche. Cela représente quatre fois plus que la surface utilisée pour l'agriculture, soit une superficie égale à six fois et demie la taille du continent africain. Voilà notre aire de pêche intensive qui touche l'ensemble des océans. Un constat d'autant plus alarmant que tous les navires de pêches n'ont pas été pris en compte par cette étude.

    Pour réaliser cette enquête, l'association américaine Global Fishing Watch s'est servie des signaux radio émis les navires de pêche. Plus précisément, des ondes de leurs balises de sécurité, dites balises AIS, envoyées en permanence vers les satellites. Cet équipement obligatoire à bord de chaque navire de commerce, de loisir ou de pêche, sert notamment à éviter les collisions en pleine mer.

    L'idée était donc de collecter ces signaux puis de les agréger pour établir une carte des zones les plus fréquentées par les bateaux. Mais voilà, seuls 20% des navires précisent dans leurs signaux quelle est leur activité. Alors pour différencier un navire de tourisme d'un super chalutier, Global Fishing Watch a développé un logiciel capable d'analyser depuis l'espace, les formes de sillages. Un degré de précision qui permet même de déterminer s'il s'agit de pêche au chalut ou à la palangre.

    Mais cette technique très efficace pour localiser les gros bateaux de pêche connaît une limite. Elle ne prend pas en compte les millions de petites embarcations qui ne sont pas équipées de système de balise. En les incluant dans l'étude, la surface océanique exploitée pour la pêche pourrait atteindre 73%.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.