GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Aujourd'hui
Jeudi 25 Avril
Vendredi 26 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Antarctique: l'inquiétante fonte d'un glacier grand comme la France

    media Bien qu'il repose en partie sur la roche antarctique, une fraction très importante du glacier Totten dérive sur l'océan (image d'illustration). ANTARCTIC-ENVIRONMENT/ REUTERS/Pauline Askin

    Des scientifiques australiens ont publié ce mardi 20 mars une étude concernant le glacier Totten, l'un des plus grands de l'Antarctique. Grand comme la France, il est en train de fondre, à un rythme encore plus élevé que prévu.

    L'Antarctique contient plus de la moitié des réserves d'eau douce de la planète. La majorité se trouve sous la forme de glaciers, comme le Totten, à l'est du continent, qui est considéré comme l'un des plus grands du continent blanc. Mais malheureusement, il risque de ne pas le rester très longtemps, car le Totten fond à un rythme encore plus rapide qu'estimé jusqu'alors.

    Grand comme la France, il repose en partie sur la roche antarctique mais une fraction très importante, plus grande qu'anticipée, est, elle, en train de flotter sur l'océan. Le problème, selon l'équipe australienne à l'origine de ces recherches, c'est que cet océan est justement en train de se réchauffer, précipitant ainsi le dégel du glacier.

    Les conséquences seront lourdes, car plus le Totten se fragilise, plus sa dégradation va être rapide. Et plus les énormes quantités d'eau qu'il contient vont se retrouver dans l'océan, accélérant ainsi la hausse du niveau des mers.

    Les chercheurs ont calculé que, s'il disparaissait entièrement, ce niveau devrait s'élever de trois mètres, autant dire une catastrophe. Mais ce n'est pas tout : il s'agit en plus d'eau douce. Ce dégel devrait donc contribuer à désaliniser les mers du globe. Ce qui aurait des conséquences fatales pour de nombreuses espèces marines.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.