GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Aujourd'hui
Lundi 27 Mai
Mardi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    En pleine progression, la tuberculose multirésistante inquiète

    media La tuberculose multirésistante touche de plus en plus de personnes dans le monde. Aurélie Baumel/MSF

    Ce samedi 24 janvier a lieu la journée mondiale contre la tuberculose, une maladie qui a quasiment disparu des pays riches mais frappe de plein fouet les pays pauvres. Depuis quelques années, elle est devenue la maladie infectieuse la plus meurtrière au monde, devant le sida. 1,7 millions de personnes en sont mortes en 2016, sur 10 millions de patients touchés. Le défi est d’autant plus grand que des formes résistantes de la maladie se répandent et qu’elles sont très difficiles à soigner.

    La tuberculose dite multirésistante suscite l’inquiétude. Le nombre de nouveaux cas ne cesse d’augmenter, pour atteindre près de 500 000 malades en 2016 dans le monde. L’Est de l’Europe, l’Asie centrale et l’Afrique australe sont particulièrement concernées.

    Ce qui rend ces formes de tuberculose particulièrement dangereuses, c’est qu’elles sont insensibles aux deux médicaments les plus couramment utilisés. Résultat, le malade ne peut « être traité avec le traitement classique de six mois », explique le docteur Francis Varaine, de l’ONG Médecins sans frontières.

    Un traitement long et difficile

    Le patient est contraint de suivre un traitement beaucoup plus long, « de deux ans, parfois plus ». Certains ont même « été traités jusqu’à quatre ans ». Sans garantie de guérison pour autant : la procédure est « toxique, donc extrêmement mal tolérée par le patient », coute très cher et présente « un taux de guérison très bas, autour de 50 % ».

    Difficile dès lors de lutter contre cette épidémie de tuberculose multirésistante. Pourtant, l’enjeu est fondamental. Si rien n’est fait pour aider les victimes de cette maladie, non seulement elles « vont en mourir », mais aussi « contaminer d’autres personnes dans leur entourage » avec cette forme nouvelle de la maladie.

    Dans cette bataille, il y a tout de même un peu d’espoir : deux nouvelles molécules, très efficaces, ont rejoint récemment l’arsenal très limité des médicaments. Mais pour l’heure, seuls 5 % des malades y ont accès.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.