GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Une équipe française réussit une greffe de la trachée historique

    media Le professeur Emmanuel Martinod, chirurgien thoracique à l'hôpital Avicenne de Bobigny. Ici en 2011 lorsqu'il a annoncé le succès de la greffe d'une bronche artificielle à un patient de 78 ans, atteint d’un cancer du poumon. . THOMAS SAMSON / AFP

    Des chirurgiens français ont réalisé avec succès sur 12 patients des greffes de trachée et d’autres voies respiratoires, avec une technique étonnante. Leurs résultats ont été présentés dimanche 20 mai à un congrès médical américain et publiés dans la prestigieuse revue scientifique Journal of the American Medical Association.

    C'est une prouesse médicale qu'a réalisée l'équipe du professeur Emmanuel Martinod, chef du service de chirurgie thoracique à l’hôpital Avicenne de Bobigny, en région parisienne. Elle est parvenue à utiliser un morceau d’aorte, qui est un canal sanguin, pour remplacer un bout de trachée, un conduit respiratoire, et a réussi à guérir des patients qui vivaient avec une trachéotomie.

    Pour ce faire, les chirurgiens ont utilisé une partie d’aorte abdominale, prélevée sur un donneur décédé, et ont inséré un « stent », une sorte de petit ressort métallique, afin de rigidifier le conduit. Une fois la greffe réalisée, la magie du corps humain a opéré : l’aorte s’est transformée en trachée. « La fonction a créé l’organe », résume le professeur Martinod. La couche cellulaire à la surface de la trachée s’est reconstituée, ainsi que du cartilage à l’intérieur.

    Le « stent » a alors pu être retiré. Et aucun traitement antirejet n’est nécessaire, car l’aorte n’induit que très peu de réactions immunitaires, précise le médecin.

    De 2009 à 2017, 13 patients présentant des pathologies incurables de la trachée ou un cancer pulmonaire qui aurait nécessité une ablation du poumon, ont ainsi bénéficié de ce type de greffe aortique, pour la trachée ou pour une bronche. Un est décédé. De l’avis de certains spécialistes, ces transplantations d’un nouveau genre ouvrent une voie très prometteuse.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.