GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Asgardia: la nation de l'espace a maintenant un président

    media La cérémonie de «lancement» de la nation de l'espace Asgardia s'est tenue à Vienne, en Autriche, lundi 25 juin 2018. REUTERS/Lisi Niesner

    Ce nouveau pays n’est reconnu par aucun Etat et ne le sera sans doute pas dans un avenir proche. Asgardia, c’est le nom de la première «nation de l'espace» autoproclamée, s'est dotée officiellement ce lundi 25 juin d'un président et la cérémonie s’est déroulée sur terre, à Vienne en Autriche.

    Asgardia a son hymne, sa devise, sa Constitution et désormais son président. Allure bonhomme, visage rond, cheveux blancs, moustache et nœud papillon doré, Igor Ashurbeyli, a prêté serment dans l'ancien palais impérial du Hofburg, et s’est vu remettre le Grand collier, insigne de sa fonction suprême.

    La nation spatiale se définit comme pacifique, indépendante ouverte à tous. Elle compte plus de 203 000 citoyens, selon son site internet : 26 000 aux Etats Unis, 22 000 en Turquie, et quelque 5 000 en Russie, en Espagne ou en France. Asgardia a été créée pour «assurer l'utilisation pacifique de l'espace, protéger la Terre contre les dangers spatiaux et créer une base de connaissance scientifique démilitarisée et libre».

    L'ambition de son président, Igor Ashurbeyli, est aussi de coloniser la lune. L’ancien ingénieur et homme d'affaires russe, qui a été à la tête d’Almaz Antey, l’une des plus grandes entreprises de défense et d’armement de Russie, promet d’offrir une alternative à la civilisation sur terre en « remplaçant la géopolitique par la politique de l'espace ».

    Asgardia a déjà son Parlement, présidé par un ancien député britannique des libéraux-démocrates, Lembit Opik. Elle aura bientôt un conseil des ministres, d'un parquet général, d'une administration et d'une banque centrale pour sa future crypto monnaie. Une utopie qui n’est pas gratuite : les Asgardiens vont devoir s’acquitter d’une taxe de citoyenneté annuelle de 100 euros et d’impôts sur les revenus et les entreprises.

    Asgardia a un président, Igor Ashurbeyli, et un hymne interprété par un choeur d'enfants, et la nation spatiale a été portée sur les fonts baptismaux le 25 juin 2018 à Vienne. REUTERS/Lisi Niesner

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.