GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Février
Lundi 18 Février
Mardi 19 Février
Mercredi 20 Février
Aujourd'hui
Vendredi 22 Février
Samedi 23 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Une découverte prouve l'accouplement entre deux espèces humaines distinctes

    media (Photo d'illustration) Un site de recherche en Arabie saoudite de l'Institut Max-Planck d'anthropologie évolutionniste de Leipzig en Allemagne, à l'origine de l'étude sur l'accouplement entre deux espèces humaines. AFP PHOTO / University of Oxford/Max Planck Institute/Michael PE

    Pour la première fois, une équipe de scientifiques dirigée par Svante Pääbo de l’Institut Max Planck de Leipzig a mis au jour l'ADN d'un individu vivant il y a plus de 50 000 ans et issu d'un croisement direct entre deux espèces distinctes d'homme. Une découverte exceptionnelle dont les résultats sont publiés dans la revue Nature.

    C'est une histoire d'amour qui commence il y a plus de 50 000 ans dans le sud de la Sibérie. Elle est néandertalienne, lui dénisovien. De leur union naquit une enfant : Denny, c'est son surnom attribué par les chercheurs qui ont découvert un petit morceau de l'un de ses os dans la grotte de Denisova, dont on a pu extraire et analyser de l'ADN.

    « Ce qui est fantastique c'est que les gènes que porte cette jeune femme sont peu ou proue à 50% ceux d'un parent néandertalien et ceux de l'autre parent dénisovien, explique Bruno Maureille, directeur de recherche au CNRS section préhistoire et protohistoire à Bordeaux. Et ça c'est la première fois qu'on a un métis de première génération. Grâce à ces séquences que l'on sait être celles du père et de la mère, on est capable de reconstruire l'histoire génétique passée de ses deux parents. »

    Déplacements

    Ces deux parents en effet n'étaient pas des homo sapiens comme nous, mais de deux autres races d'humains différentes : Néandertal et les moins connus Dénisoviens.

    Deux races qui ne vivaient pas dans les mêmes régions du globe. C'est pourquoi la surprise est grande de découvrir le fruit de leur union, qui nous en apprend donc beaucoup sur les déplacements de ces populations. Une découverte qui pourrait peut-être nous éclairer sur leur disparition, qui fait qu'il n'y a aujourd'hui plus qu'un seul type d'être humain : le nôtre, homo sapiens.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.