GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 21 Novembre
Jeudi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Réchauffement: les récoltes menacées par l’augmentation d’insectes nuisibles

    media La production de blé sera directement menacée par le réchauffement climatique, notamment suite à l'augmentation des insectes nuisibles. Ici, un champ à Vauvilliers, France, le 23 juillet 2018. REUTERS/Pascal Rossignol

    Alors qu’une étude scientifique révélait que le réchauffement climatique allait détériorer la qualité nutritive des aliments dans quelques années, une autre montre qu’il favorisera l’activité des insectes et autres animaux nuisibles. Parue le 30 août dans la revue Science, cette étude démontre que ce nouvel effet délétère du réchauffement sur l'agriculture entraînera de pertes de récoltes de maïs, de riz et de blé.

    Le puceron, le perce-tige ou la tordeuse du riz sont des insectes qui ne sont peut-être pas très connus du grand public, mais les agriculteurs les fréquentent et les redoutent. Ce sont des nuisibles et ils font des ravages, qui vont empirer avec le réchauffement climatique.

    Selon l'étude publiée par Science, la raison est simple : contrairement aux mammifères, les insectes n'ont pas de température corporelle fixe. Si les hommes ont une température corporelle d’un peu plus de 37 degrés, pour le puceron, cela dépend de la température extérieure.

    Une catastrophe annoncée... alors qu'il s'agit d'un scénario optimiste

    S'il fait plus chaud, l'insecte s’adapte, mais doit consommer plus d'oxygène… Ce qui l’oblige à manger plus. Cela peut sembler anodin, mais une hausse des températures de 2 degrés aurait pour conséquence la perte d'un tiers des cultures de maïs, de 20% pour le riz et de près de la moitié pour le blé.

    C’est une catastrophe annoncée… alors qu’il s'agit pourtant du scénario optimiste. Car le thermomètre pourrait prendre jusqu'à cinq degrés de plus d'ici à la fin du siècle.

    Pour se prémunir de ces ravages, il faudrait favoriser la rotation des cultures, ou développer des plantes résistantes. Ce sont des solutions envisageables dans les pays riches, mais plus compliquées à mettre en place ailleurs : un nouvel exemple des inégalités entre pays accentuées par le réchauffement climatique.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.