GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    La pollution lumineuse, ce fléau pour notre cerveau

    media La pollution lumineuse est un problème pour l'environnement mais aussi pour l'homme et, plus particulièrement, pour son cerveau. PHOTO / REMY GABALDA

    Plus de 600 communes en France participaient la nuit dernière à la 10e édition d’un événement intitulé « Jour de la nuit ». Pour sensibiliser la population aux conséquences d’une pollution lumineuse croissante, la ville de Paris a laissé dans le noir 200 monuments. D’autres villes, comme Grenoble, Montpellier ou Metz avaient aussi promis d’éteindre intégralement ou partiellement leur éclairage public.

    On le sait depuis longtemps : les lumières de nos maisons, de nos routes mais surtout l’éclairage public de nos rues perturbent les animaux, les plantes et aussi nous, les humains. La pollution lumineuse est en particulier un fléau pour notre cerveau.

    Omniprésente dans nos villes, la lumière artificielle est loin d’être inoffensive. Elle modifie notre horloge biologique, en entraînant une baisse de production de la mélatonine qui est vitale pour le bon fonctionnement de l’organisme humain.

    Quand la sécrétion de cette hormone diminue, le sommeil devient plus court et moins réparateur. La mélatonine est aussi un puissant antioxydant qui joue un rôle important pour le système immunitaire et la prévention de cancers.

    Son manque peut conduire à l’obésité, à la dépression ou à des pertes de mémoire. Et sa production peut être inhibée même quand la source lumineuse est faible, surtout lorsqu’il s’agit d’un éclairage avec un spectre à forte composante de bleu.

    C’est ce type de lumière que l’on retrouve dans les téléviseurs, les ordinateurs ou les smartphones, mais qui se cache aussi dans les ampoules LED, choisies de plus en plus souvent pour l’éclairage public à cause de leur faible consommation d’énergie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.