GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Etats-Unis: Trump affirme n'avoir «jamais demandé» à son ex-avocat Cohen d'enfreindre la loi
    • Yémen: un nouveau round de consultations de paix est prévu fin janvier 2019 (Guterres)
    • Yémen: le patron de l'ONU annonce un accord sur une trêve dans la ville portuaire de Hodeïda
    • Yémen: un ministre britannique a rencontré des rebelles en Suède, une première (Foreign Office)
    • Cisjordanie: Israël boucle Ramallah et envoie des renforts après une attaque (armée)
    • Attaque de Strasbourg: une troisième victime est morte (préfecture)
    • Cisjordanie: deux Israéliens ont été tués dans une attaque à l'arme à feu (armée)
    • France: piratage de «données personnelles» enregistrées sur un site du ministère des Affaires étrangères (officiel)
    • Automobile: la justice européenne juge les nouvelles limites d'émissions pour les moteurs diesel «trop élevées»
    • RDC: un mort à Mbuji-Mayi en marge d’une visite attendue du candidat Félix Tshisekedi
    Science

    Ces «vents de sable» du Sahara qui fertilisent les Antilles

    media Le désert du Sahara à Merzouga dans le sud du Maroc (image d'illustration). FADEL SENNA / AFP

    Les « vents de sable » ou « brumes de sable » sont un phénomène qui touche le bassin méditerranéen mais également les Amériques et en particulier les Antilles. A la même époque, tous les ans, du sable apporté par les vents obscurcit l’atmosphère et s’infiltre partout.

    En Corse ou dans les Antilles, on se réveille un matin d’été ou d’automne, et l’air est opaque, laiteux, on y voit mal, ça gratte un peu la gorge, et c’est normal parce qu’on est en train de respirer de minuscules particules, plus petites qu’un millième de millimètre.

    Ces particules constituées de sable et de poussières sont particulièrement nuisibles pour les asthmatiques. Mais les vents de sable ont aussi un aspect positif, parce qu’ils apportent en même temps des éléments qui fertilisent les sols, du fer, par exemple.

    Le sable voyageur

    Dans les Antilles françaises, en Guadeloupe, en Martinique, ce phénomène est surprenant parce qu’on est sur des îles, et qu’en face, il y a les 6000 km de l’océan Atlantique, on peut donc se demander d’où vient ce sable.

    L’association Gwadair, installée à côté de Pointe-à-Pitre, est chargée de la surveillance de l’air. Céline Garbin, chargée d’études, pose des capteurs qui analysent les particules en suspension dans l’air, et les analyses ont montré qu’en 2017, la majorité de ces aérosols provenaient du Sahara, et spécifiquement d’une région au sud de l’Algérie.

    Le Sahara, source inépuisable

    Dans le Sahara, si la vitesse et la force de l’harmattan sont suffisamment élevées, le vent soulève le sable et les poussières, en particulier au pied des montagnes, là où les sédiments s’accumulent quand il pleut. Puis un vent puissant, le jet d’est africain, va transporter ces particules à travers l’Atlantique, à une altitude qui peut monter jusqu’à 6 ou 7 km.

    Avec le réchauffement du climat, le Sahara a tendance à s’agrandir, la désertification à gagner du terrain. On pourrait donc penser intuitivement que les vents de sable vont s’accroitre dans l’avenir. Mais rien n’est simple avec le climat.

    Pour Cyril Flamant, du laboratoire Latmos au CNRS, le réchauffement du climat amène un ralentissement de la circulation générale des vents, à l’échelle du globe, et une diminution de la différence de température entre les tropiques ; or c’est justement cette différence, ce gradient de température qui génère le vent. En conséquence, les vents de sable devraient diminuer dans l’avenir.

    Un avenir moins venteux

    Un autre facteur joue un rôle dans leur diminution prochaine : le réchauffement du climat est causé en particulier par l’accroissement du CO2 dans l’atmosphère. Or le CO2 joue également un rôle fertilisant, qui amène tout doucement un reverdissement du Nord-Sahel.

    Pour prédire l’avenir dans le cadre du changement climatique, Cyrille Flamant et son équipe du CNRS ont d’abord étudié les vents de surface au cours du 20e siècle, couplés aux émissions de poussières, et ont intégré ces données dans des modèles prévisionnels.

    Pour les 100 prochaines années, ces prévisions montrent une diminution des vents de sable, ce qui pourrait avoir des effets bénéfiques sur la santé des populations, mais pourrait réchauffer l’océan Atlantique tropical nord, le rendant plus propice à la formation de cyclones tropicaux.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.