GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 26 Mai
Lundi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Climat: les enjeux de la COP24

    media Le centre international de conférence de Katowice, qui accueille la COP24 à partir du 2 décembre 2018. Janek SKARZYNSKI / AFP

    Katowice, en Pologne, accueille à partir de ce dimanche 2 décembre la 24e Conférence des Nations unies pour le climat (COP24).

    La COP24 qui s'ouvre ce dimanche se tient dans un contexte défavorable pour le climat. Alors que les événements climatiques extrêmes se multiplient, le rapport de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) paru le 28 novembre prévoit une augmentation de la température de 3°C d’ici la fin du siècle. Pourtant, les dirigeants des Etats-Unis et du Brésil refusent d’inscrire leur pays dans la lutte contre le changement climatique.

    A Katowice, les quelque 200 Etats participant devront discuter de la mise en œuvre de l’accord de Paris de 2015, visant à limiter le réchauffement en dessous de 2°C, voire 1,5° d’ici la fin du siècle. Un « rulebook » (« livre des règles ») qui fait l'objet de négociations depuis la COP22 à Marrakech, doit être produit. Ces règles concernent notamment la « transparence », c'est-à-dire la façon dont les Etats rendent compte de leurs actions, leurs financements, leurs résultats. Ainsi que le degré de flexibilité accordé aux pays les plus pauvres. Des questions névralgiques toujours susceptibles de faire dérailler les discussions.

    La délicate question du financement

    Les pays les plus pauvres devraient quant à eux rappeller les pays du Nord à leur promesse de porter à 100 milliards d'euros par an d'ici 2020 leurs financements aux politiques climatiques du Sud. D'après une étude de l'ONG Oxfam, publiée en mai dernier, moins de la moitié de ces fonds ont été débloqués.

    « Les pays développés doivent fournir les financements pour l'action climatique dans les pays en voie de développement. On avait promis 100 milliards de dollars par an vers 2020. Jusque là, on a eu peu. Même si l'Afrique fait un effort à 200%, ça ne va changer grand-chose. Ca veut dire que les pays, qui émettent depuis 150 ans et continuent à le faire, devaient changer leur mode de vie », remarque Augustin Ndjiamnsh, président de l'Alliance panafricaine pour la justice climatique.

    Sur le continent africain, ce retard scandalise ONG et organisations de la société civile. « Chaque année, l'Afrique subit sécheresses et inondations record. Ces financements ne sont pas une faveur qu'accordent les pays du Nord aux pays africains. C'est simplement de leur responsabilité. Et la manière dont ces négociations avancent ne nous plaît pas car c'est vraiment lent  », s'indigne Augustin Ndjiamnshi.

    Autre point épineux : la destination de ces fonds. Les pays du Nord favorisent le financement de projets de réduction d'émissions polluantes alors que les pays africains demandent de l'aide pour s'adapter au changement climatique. « C'est de la mauvaise foi, déplore Nicaise Moulombi de l'ONG gabonaise Croissance et environnement. L'Afrique émet moins de 4 % du total mondial des gaz à effet de serre, mais elle subit de plein fouet le réchauffement climatique. »

    Cette COP24 doit enfin marquer l’aboutissement du « dialogue de Talanoa », un processus initié par les îles Fidji à la COP23, qui vise à faire avancer la discussion politique. Les chefs d'Etat et de gouvernement invités lundi pourront donner un premier signe de leurs intentions. Mais peu d'entre eux ont confirmé leur venue à ce sommet d'une journée.

    Ce que nous allons négocier à Katowice, ce sont les modalités de la mise en œuvre de principes qui ont été acceptés par les leaders du monde à Paris, en 2015. C’est une tâche immense, parce que les principes ont été négociés de façon très dure. Et puis, c’est un texte d’une trentaine de pages. Maintenant, nous faisons face à plusieurs centaines de pages de propositions très techniques, qui précisent justement comment les parties, les pays, vont mettre en œuvre les accords de Paris

    Michal Kurtyka, secrétaire d'Etat polonais à l'Environnement, président de la COP24 02/12/2018 - par Anna Piekarec Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.