GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Mercredi 24 Avril
Jeudi 25 Avril
Aujourd'hui
Samedi 27 Avril
Dimanche 28 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Kim a invité Poutine en Corée du Nord, invitation «acceptée» (agence nord-coréenne KCNA)
    • Kim estime que la paix dans la péninsule coréenne dépend des USA (agence nord-coréenne KCNA)
    • Kim accuse les Etats-Unis d'avoir été de «mauvaise foi» lors du sommet de Hanoi (agence nord-coréenne KCNA)
    • Le Chinois Xi Jinping prochainement à la Maison blanche (Donald Trump)
    Science

    Comment éviter les crampes musculaires ?

    media  
    crampe flickr/ CC-BY-2.0/Steven Pisano

    Chaque mercredi, le Dr Jean-Marc Sène, médecin du sport et médecin du sport de l'équipe nationale de judo, présente sa chronique sport dans Priorité Santé.

    Les crampes musculaires sont un problème courant chez les sportifs mais aussi les personnes non sportives. Le plus souvent, elles sont considérées comme bénignes. Qu’est-ce qu'une crampe musculaire ? Et d’où est-ce que cela vient ?

    La crampe est une contraction musculaire involontaire qui débute brutalement. Elle est intense, très douloureuse et localisée au niveau d'un muscle qui devient raide. Généralement elle survient la nuit mais peut également apparaître au cours d’un exercice musculaire intensif, ou dans les heures qui le suivent.

    La crampe disparaît généralement au bout de quelques minutes, mais le muscle peut rester encore sensible plusieurs heures.

    Le plus souvent ce sont les muscles des membres inférieurs qui sont atteints : au niveau du mollet et du pied notamment. Lorsqu’elles touchent les mains après un effort prolongé d’écriture par exemple, on parlera de "crampes de l’écrivain".

    Le mécanisme de survenue est mal connu. On pense que les crampes sont dues à un  déséquilibre en eau et sels minéraux des cellules musculaires et une perturbation de la commande nerveuse des muscles qui ne se relâchent pas.

    Si le plus souvent les crampes n’ont pas de cause particulière, certaines circonstances ou maladies peuvent néanmoins favoriser leur apparition. La déshydratation (en cas de transpiration abondante, par exemple) ; la prise de certains médicaments (diurétiques, laxatifs,), certaines maladies endocriniennes (comme l’hypothyroïdie), les intoxications aux métaux lourds ou venin d'animaux ainsi que de nombreuses maladies neurologiques.

     

    Que faire en cas de crampe ?

    Une crampe peut être rapidement soulagée grâce à quelques gestes simples :

    Il faut étirer et masser le muscle atteint par la crampe. Par exemple, s’il s’agit du mollet, levez la jambe et ramenez progressivement la pointe du pied vers vous. Une fois cet exercice réalisé, essayez de marcher sur les talons quelques minutes ;

    Puis réhydratez-vous en buvant de l’eau abondamment !

     

    Comment éviter les récidives ?

    Pour anticiper la survenue des crampes en général, il est recommandé de s’hydrater correctement en buvant de l’eau sans attendre d’avoir soif, surtout en période de chaleur, de manger sainement et de privilégier les aliments riches en magnésium pour les sportifs et les femmes enceintes : par exemple, germe de soja, riz, pain complet, noix ou bananes….

    Pour les crampes à l’exercice, il est conseillé de faire régulièrement des étirements, de la marche ou du sport. Prenez également un peu de repos avant l’effort et pensez à bien vous échauffer ainsi qu’à compenser les pertes en eau et en sel pendant votre activité en buvant une boisson de l’effort. Puis terminer votre séance par des exercices de relaxation des muscles.

     

    Quand faut-il consulter un médecin ?

    La crampe est dans la majorité des cas, une affection bénigne qui ne nécessite pas de consultation médicale. Cependant, un avis médical peut se révéler nécessaire dans certains cas :

    Par exemple, si les crampes ne sont pas isolées. En effet, certaines maladies peuvent se manifester par une douleur, risquant, dans un premier temps, d’être confondue avec une crampe. Dans ce cas, d’autres symptômes s’ajoutent rapidement, tels qu’une douleur prolongée qui refuse de passer, l’absence de contracture associée du muscle, un pied froid et blanc, une jambe chaude et enflée ou bien encore de la fièvre ;

    Si les crampes se répètent souvent dans le temps ou cèdent de plus en plus difficilement au repos , il faudra aussi consulter votre médecin.

    Si vous prenez un médicament quotidien qui est connu pour favoriser les crampes (diurétiques, laxatifs, certains traitements visant à faire baisser le cholestérol sanguin ou contre l’ostéoporose…), surtout n'arrêtez pas de vous-même le traitement avant d'avoir consulté !

    Enfin si les crampes surviennent dans un contexte d'intoxication. Une visite médicale s’impose.

     

    Quelle prise en charge peut proposer un médecin en cas de crampes persistantes ?

    Lors de la consultation médicale, votre médecin vous examinera, et prescrira les examens complémentaires utiles pour authentifier la cause suspectée. Lorsqu’une maladie est responsable des crampes, il vous proposera un traitement pour celle-ci et remplacera si possible, un médicament qui serait mis en cause dans la survenue des crampes.

    Enfin si les méthodes de prévention (hydratation, étirement) n'ont pas donné de résultat et si les crampes altèrent la qualité de vie, votre médecin pourra éventuellement vous prescrire un traitement symptomatique.
    Il peut s'agir de médicaments pour lutter ponctuellement contre les douleurs (paracétamol ou anti inflammatoires) ou de médicaments contenant de la quinine.
     

    Attention ! Il s’agit là d’un traitement d'appoint. Des effets indésirables sont parfois observés. Il est donc important de signaler immédiatement toute anomalie à votre médecin traitant. De même il n’est pas nécessaire de poursuivre le traitement s’il n’a pas apporté d’amélioration au bout de 4 semaines. En cas de diminution significative des crampes, un arrêt du traitement médicamenteux devra aussi être envisagé après quelques mois.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.