GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Vol et séquestration au château de Vaux-le-Vicomte, deux millions d'euros de préjudice (parquet)
    • Israël: Benyamin Netanyahu appelle son rival Benny Gantz à la formation d'un gouvernement d'union nationale
    Science

    Les quatre dernières années, les plus chaudes depuis le début des relevés

    media Sur les 22 dernières années, on a dénombré les 20 années les plus chaudes jamais enregistrées. REUTERS/Mike Hutchings

    Selon l'Organisation météorologique mondiale, une agence spécialisée de l'ONU, les quatre dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées.

    En 2018, la température du globe a dépassé d'environ un degré celle de l'époque préindustrielle (1850-1900). En effet, l'Organisation météorologique mondiale (OMM) prend pour référence l'année 1850, date à laquelle les relevés systématiques de température ont commencé.

    L'année 2018 s'inscrit dans une tendance qui inquiète les spécialistes. Ainsi, Petteri Taalas, le secrétaire général de l'OMM souligne que, sur les 22 dernières années, on a dénombré les 20 années les plus chaudes jamais enregistrées. Cette hausse est donc un phénomène à long terme, même si d'une année sur l'autre, les températures moyennes à la surface de globe varient légèrement en raison de facteurs comme l'influence du courant océanique El Niño.

    Selon les scientifiques, ce sont les concentrations record de gaz à effet de serre dans l'atmosphère qui causent ce réchauffement. Petteri Taalas appelle donc la communauté internationale à donner la priorité absolue à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. En effet, ce rehaussement des températures provoque des phénomènes météorologiques néfastes : des millions de personnes dans d'innombrables pays en subissent les conséquences.

    Un avis partagé par le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres. Dans un communiqué, ce dernier souligne la nécessité « d'accroître de manière significative dans le monde les actions et les ambitions ».

    Et selon l'ONU, 2019 ne s'annonce pas sous de meilleurs auspices que les quatre dernières années.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.